Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rixes en Essonne: les parents "ne sont pas en situation de démission, mais d'impuissance", selon un sociologue

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Après le décès de deux adolescents de 14 ans à la suite d'affrontements entre bandes de jeunes en Essonne lundi et mardi, France Bleu Paris donne la parole au sociologue Michel Fize, spécialiste de la jeunesse et la famille. Les parents peuvent se sentir impuissants, selon lui.

Les affrontements en Essonne ont eu lieu dans deux villes différentes : à Saint-Chéron lundi, et à Boussy-Saint-Antoine mardi.
Les affrontements en Essonne ont eu lieu dans deux villes différentes : à Saint-Chéron lundi, et à Boussy-Saint-Antoine mardi. © Maxppp - YOAN VALAT

Quelle est la responsabilité des parents ?  Lundi 22 et mardi 23 février, deux adolescents de 14 ans ont perdu la vie lors de rixe entre bandes rivales en Essonne. Les affrontements ont eu lieu dans deux villes différentes, Saint-Chéron lundi et Boussy-Saint-Antoine mardi. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a annoncé l'envoi dès mardi soir dans ces deux villes de renforts des forces de l'ordre : 60 gendarmes à Saint-Chéron et 30 policiers à Boussy-Saint-Antoine.

Entre les restrictions sanitaires, les vacances scolaires et le travail, il est parfois difficile de savoir ce que font les adolescents pendant la journée. "Il y a une mauvaise connexion entre les parents et les enfants", estime le sociologue Michel Fize, chercheur au CNRS, spécialiste de l'adolescence, la jeunesse et la famille, et auteur du livre Les Bandes, De l'"entre soi adolescent" à l'"autre-ennemi" (2008, éditions DDB). "C'est un grand classique des sociétés individualistes modernes, chacun vaque à ses occupations. Donc beaucoup de parents ont une mauvaise connaissance de la vie sociale de leurs enfants. C'est-à-dire que dès que les enfants ont franchi le seuil de la maison, ils ne savent pas nécessairement ce qu'ils font." 

Il n'y a pas besoin d'être une famille monoparentale ou d'habiter dans un quartier défavorisé pour être exposé à cette problématique, selon le sociologue. "C'est partout pareil", insiste-t-il. "Ce qui est particulier avec les vacances scolaires et la fermetures des diverses activités à cause de la situation sanitaire, c'est que les enfants se retrouvent plus livrés à eux-mêmes que d'ordinaire." 

Michel Fize met en garde face aux conclusions hâtives et aux sanctions inadaptées

"Je crois qu'il faut se garder des réponses idéologiques. Je pense précisément à celles qui consistent à stigmatiser les parents en parlant de défaut d'éducation. Ça conduit certains à proposer la sempiternelle mesure de privation des allocations familiales", déplore le sociologue.

Le chercheur au CNRS appelle à des "réponses politiques adéquates", après cette semaine noire en Essonne. "Je pense qu'il faut assister les parents dans leur mission éducative, parce qu'ils ne sont pas en situation de démission, mais d'impuissance. Beaucoup aimeraient bien, mais ils ne peuvent pas et il faut les aider. C'est dans l'intérêt de tous que les familles puissent faire leur job éducatif."

ÉCOUTEZ : Quand des parents du 18e arrondisement se sont battus pour mettre fin aux rixes entre bandes rivales, avec l'association Les enfants de la goutte d'or.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess