Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Rixes mortelles : Christophe Castaner promet des effectifs supplémentaires

jeudi 25 octobre 2018 à 15:42 Par Viviane Le Guen, France Bleu et France Bleu Paris

Après la mort de plusieurs jeunes dans l'est et le nord de Paris lors de rixes, Christophe Castaner s'est rendu sur place ce jeudi. Le ministre de l'Intérieur a annoncé une nouvelle stratégie de renseignement pour lutter contre les violences et promis des effectifs supplémentaires.

 Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner auprès des policiers de Champigny-sur-Marne, le 21 octobre 2018
Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner auprès des policiers de Champigny-sur-Marne, le 21 octobre 2018 © AFP - BERTRAND GUAY

Alors que les affrontements entre bandes rivales ont fait plusieurs morts ces derniers mois dans l'est de Paris et la banlieue nord de la capitale, le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner,  s'est rendu place des Fêtes dans le XIXe arrondissement de Paris pour rencontrer les élus, les acteurs locaux et les forces de police ce jeudi.

"En deux ans, huit jeunes hommes sont morts dans ces combats-là sur Paris. C'est totalement inacceptable", a-t-il rappelé avant d'annoncer une "remise à plat du plan de lutte contre les bandes" mis en oeuvre en 2010.

ECOUTER | Notre dossier sur ces violences entre bandes

Une nouvelle stratégie de renseignement

"Je souhaite que nous fassions évoluer notre approche du renseignement, (...) que nous fassions une approche par individu", a-t-il souligné, réclamant "une cartographie précise des différents lieux occupés par ces bandes, cage d'escalier par cage d'escalier, mètre carré par mètre carré".

Dans les services de police judiciaire, "nous spécialiserons des femmes et des hommes qui seront en charge du suivi, avec le procureur de la République, de ces bandes", a-t-il ajouté, en prônant également l'instauration "dans chaque commissariat de référents (...) en charge du suivi des bandes". Ces référents "bandes" auront pour mission de faire "le lien entre les services de police et de conduire des partenariats avec les élus, l’Éducation nationale, les bailleurs sociaux, les acteurs de terrain" a précisé le ministère dans un communiqué.

Des effectifs supplémentaires  

"D'ici la fin de l'année, dix effectifs supplémentaires viendront renforcer les femmes et les hommes qui doivent garantir la sécurité de nos concitoyens", a annoncé Christophe Castaner.

"La violence de ces bandes est totalement inacceptable. Je ne laisserai pas des jeunes de bandes devenir les maîtres d'un quartier et terroriser un quartier. (...) Nous répondrons par la fermeté à ces comportements", a-t-il affirmé. 

Dix jours après la mort d'un jeune de 13 ans à la suite d'une altercation entre bandes aux Lilas (Seine-Saint-Denis), un adolescent de 16 ans a été tué par arme blanche dans la nuit de mardi à mercredi lors d'une rixe dans le XXe arrondissement de Paris.