Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Roanne : prison ferme pour deux casseurs arrêtés en marge d'une manifestation de "gilets jaunes"

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Deux hommes de 21 et 29 ans comparaissaient mercredi après-midi devant le tribunal correctionnel de Roanne pour s'en être pris à des policiers et du mobilier urbain en marge d'une manifestation de "gilets jaunes" à Roanne le 13 avril. Ils écopent de peines de prison ferme.

Le palais de justice de Roanne.
Le palais de justice de Roanne. © Radio France - Yves Renaud

Roanne, France

C'est le procès de deux délinquants ordinaires, deux hommes de 22 et 29 ans, qui en marge de la manifestation du 13 avril à Roanne, s'en sont pris aux policiers et au mobilier urbain. Tous les deux ont un casier judiciaire long comme le bras pour vols, rébellion, violences, stupéfiants... Le tout sous la menace d'une nouvelle condamnation en cas de récidive.

Casiers judiciaires bien fournis

"C'est plus simple de faire le guignol dans les rues que d'assumer à la barre", se fâche le président du tribunal. "Vous n'êtes pas en train de payer pour ceux qui n'ont pas été pris, mais pour ce que vous avez fait", ajoute-t-il. Les deux prévenus accusent le coup devant cette leçon de morale. Ils baissent la tête et n'apportent aucune réponse concrète sur leurs motivations ou sur un quelconque combat social. "Je ne sais pas" est la phrase qui va revenir le plus souvent de leur part. 

Une vidéo fournie par la défense dédouane l'un des deux prévenus du bris d'abribus crée un petit coup de théâtre lors de cette audience. Mais les avocats de la partie civile et le procureur ont une autoroute devant eux pour caractériser la bêtise des actes commis ce jour-là. Le tribunal a eu la main lourde : un an de prison ferme pour le plus jeune, qui part directement en détention, et deux ans pour le plus âgé dont un avec sursis. Il devrait tout de même passer 20 mois en prison compte tenu de ses antécédents judiciaires.