Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Robert Ménard condamné pour provocation à la haine

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu
Béziers, France

Le maire de Béziers, Robert Ménard, a été condamné à 2.000 euros d'amende pour "provocation à la haine et à la discrimination". Il avait déclaré qu'il y avait trop d'enfants musulmans dans les écoles de sa ville.

Robert Ménard
Robert Ménard © Maxppp -

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce mardi à 2.000 euros d'amende Robert Ménard pour provocation à la haine et à la discrimination après ses propos publiés sur Twitter le 1er septembre 2016.

On pouvait y lire le message suivant : "Rentrée des classes : la preuve la plus éclatante du Grand Remplacement en cours. Il suffit de regarder d'anciennes photos de classe.".

Il était également visé pour avoir déclaré sur LCI le 5 septembre: "Dans une classe de centre-ville de chez moi, 91% d'enfants musulmans, évidemment que c'est un problème".

Lors du procès le 8 mars dernier, le procureur avait requis 1.800 euros d'amende contre le maire de Béziers, considérant que ce dernier avait "montré du doigt des gosses qu'il décrit comme un poids pour la communauté nationale. (...) I**l les réduit à leur religion**, peu importe qu'ils aient la nationalité française ou ne pratiquent pas cette religion", avait-il dénoncé.

Le tribunal correctionnel accorde également entre un euro symbolique et 1.000 euros de dommages-intérêts et 1.000 euros de frais de justice à sept associations antiracistes qui s'étaient portées parties civiles, dont la LICRA, le MRAP, la Ligue des droits de l'Homme, SOS Racisme et la Maison des Potes.

L'avocat de Robert Ménard avait plaidé la relaxe en appelant le tribunal à ne pas prononcer "une peine de mort de la liberté de penser".

Sur France Bleu Hérault, le maire de Béziers s'indigne : "Toute ma vie est le contraire de ça, toute ma vie je l'ai mis au service des autres au bout du monde, j'ai passé ma vie à prendre des risques pour les autres. Me faire accuser de tenir des propos racistes ? mais je décris une réalité. Dire que dans certaines écoles de Béziers qu'il y a 90 % des enfants qui sont issus de l'immigration, il suffit d'être à la sortie des classes. Ce n'est pas montrer du doigt ces enfants, c'est le constater ! Oui c'est un problème, mais pour eux pas pour moi, parce que ça fait des ghettos, un apartheid social, parce qu'il y a des quartiers où il y a un type de population et d'autres où il y a la bourgeoisie. Alors dire les choses c'est condamnable ? Quand on voit des photos de classe aujourd'hui et des photos il y a 40 ans ce ne sont pas les mêmes. Ça saute aux yeux de tout le monde, tous les élus font le même constat, la seule différence c'est que moi je le dis. Alors il faut cesser de le dire ? On se tait et je ne répondrai plus à vos questions parce que ça me vaudrait demain d'être condamné. Vous vous rendez compte ?"

Robert Ménard, le maire de Béziers "Je fais seulement un constat"

Robert Ménard s'interroge sur le calendrier de la justice, une condamnation qui tombe entre les deux tours de l'élection présidentielle : "Je ne peux pas m’empêcher de me demander si ce n'est pas une décision de circonstances entre les deux tours de la présidentielle, on caricature un maire proche de Marine Lepen. Tous les Biterrois savent que je vais dans tous les quartiers, que je discute avec tout le monde, mais oui encore une fois une trop grande concentration d'enfants dans les écoles c'est difficile pour eux. C'est compliqué pour les instituteurs, pour les mamans, pour les enfants. Soit on met tout ça sous le tapis et , soit on le dit comme je le dis mais on prend le risque d'être condamné de façon infamante, je trouve ça hallucinant !"

Robert Ménard "Je m'interroge sur le calendrier de cette décision"

Dans un message sur son compte Twitter, Robert Ménard réagit et annonce qu'il va faire appel.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"Bien sûr que je vais faire appel, j'irai jusqu'au bout, en cassation s'il le faut ! Je n'accepte pas l'idée qu'on puisse me reprocher d'être quelqu'un qui inciterai à la haine entre les autres. J'essaye juste de dire les choses telles que je les vois. On va inaugurer une école en plein centre ville pour justement essayer de casser les ghettos et faire entrer un peu de mixité sociale, de ce vivre ensemble que tout le monde me jette à la figure mais que personne ne met en oeuvre"

Robert Ménard "Bien sûr que je vais faire appel"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess