Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Robert Ménard veut renforcer la sécurité en créant une "garde biterroise"

mardi 1 décembre 2015 à 18:03 - Mis à jour le mercredi 2 décembre 2015 à 10:38 Par Isabelle Lassalle et Pierre-Jean Pluvy, France Bleu Hérault et France Bleu

Le maire de Béziers a annoncé mardi 1er décembre vouloir créer une "garde biterroise", composée de bénévoles, pour renforcer la surveillance pendant l'état d'urgence dans les rues de la ville. Il était l'invité de France Bleu Hérault ce mercredi matin.

Robert Ménard veut créer une "garde biterroise".
Robert Ménard veut créer une "garde biterroise". © Maxppp

Béziers, France

Robert Ménard entend les critiques mais il veut assurer davantage de sécurité auprès des habitants de Béziers et plus de présence d'hommes en uniforme, "je veux plus de tranquillité".

"Cette garde, c'est juste une question de bon sens. [...] La seule chose qui m'intéresse, c'est la sécurité".

Robert Ménard

Création d'une "garde biterroise"

Pour surveiller les abords des écoles, ou des lieux fréquentés par le public... le maire de Béziers, Robert Ménard, proche du Front national, fait appel à des retraités de la police ou de la gendarmerie, bénévoles, pour renforcer la surveillance pendant l'état d'urgence.

Ils auront un uniforme, un statut juridique, pas d'arme, mais une radio en liaison avec le PC de la police municipale. C'est une première en France, que Robert Ménard souhaite voir imitée par d'autres villes.

Un rôle limité à l'alerte

Des volontaires qualifiés pour renforcer la sécurité dans la ville. Qualifiés, selon la mairie, des retraités, des forces de l'ordre, d'anciens pompiers ou militaires.

Ils seront recrutés après entretien, bénévoles, avec le statut juridique de collaborateur occasionnel d'un service public. Leur rôle doit se limiter à l'alerte, grâce à leur radio reliée au commandement de la police municipale.

Pas d'intervention, pas de fouille, de contrôle quelconque, et pas d'arme. Juste leur présence, à pied, par groupe de quatre, en uniforme bleu, en particulier devant les écoles, ou des salles de spectacles.

Une mission temporaire

Une mission limitée dans le temps, durant l'état d'urgence en vigueur dans le pays. Une nécessité, selon Robert Ménard, qui estime que les habitants de sa ville sont demandeurs de plus de sécurité visible.

"Le temps de l'insouciance sécuritaire est terminé" dit-il, se défendant de vouloir créer une milice. Au contraire, il se présente comme un précurseur et souhaite que d'autres maires s'inspirent de son exemple.

La "garde biterroise" de Robert Ménard.