Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

VIDEO | Rochefort : les ruines de l'ancien hôpital Saint-Charles servent de terrain de jeu aux adolescents

lundi 9 avril 2018 à 22:12 Par Tommy Cattaneo, France Bleu La Rochelle

Les bâtiments désaffectés de l'ancien hôpital de Rochefort reçoivent encore du public. Des jeunes en mal de sensations qui explorent les chambres et les étages. Mais des élus de l'opposition sont inquiets pour leur sécurité et font pression sur la mairie pour qu'elle condamne les accès au site.

L'hôpital de Saint-Charles est à l'abandon depuis 2011.
L'hôpital de Saint-Charles est à l'abandon depuis 2011. © Radio France - Tommy Cattaneo.

A Rochefort, en Charente-Maritime, les élus de l'opposition tirent la sonnette d'alarme. Des jeunes s'introduisent régulièrement sur le site de l'ancien hôpital Saint-Charles, dont les 17 000 mètres carrés servent de terrain d'exploration. Une pratique dangereuse pour le groupe d'élu, qui demande à la mairie d'agir. Plusieurs d'entre eux ont écrit une lettre au préfet de Charente-Maritime en lui demandant de mettre la mairie en demeure pour sécuriser le site.

Comme dans un moulin

Pour montrer combien il est facile de rentrer dans l'hôpital, un des élus n'a pas hésité à se mettre en scène dans une vidéo postée sur YouTube.  "J'ai poussé la poignée et c'était ouvert", explique Gilles Lazennec. Lorsqu'il a réalisé cette vidéo, la serrure avait été forcée et les palissades en tôle pliées pour créer un passage. "J'ai 56 ans, je n'ai pas eu besoin de faire d’acrobaties."

"Quand un nigaud viendra mettre ses mains sur les câbles à haute tension de l'antenne relais et ben il sera mort" - Gilles Lazennec, élu d'opposition à Rochefort.

L'élu a exploré l'endroit du sol au plafond. "Ah c'est un terrain de jeu formidable pour des gosses", ironise-t-il. "Mais on peut se couper avec les éclats de verres qui jonchent le sol ou on peut monter sur le toit et faire une chute de 30 mètres. Et quand un nigaud viendra mettre ses mains sur les câbles à haute tension de l'antenne relais et ben il sera mort."

. - Radio France
. © Radio France - Tommy Cattaneo.

Les ados de la commune n'ont pas l'air de s'en rendre compte. Certains ont eux aussi mis en ligne leurs propres vidéos de l'intérieur de l'hôpital Saint-Charles sur YouTube. On les voit explorer les pièces de l'hôpital, fouiller les tiroirs et revenir avec des amis. "On en a vu certains de loin", confie Gilles Lazennec. "Ils nous ont dit qu'ils attendaient qu'on parte pour aller faire les cons à l'intérieur."

"On a mis en place une sécurité quasi-militaire avec du fil barbelé" - Hervé Blanché, maire de Rochefort.

Du côté de la mairie, on explique ne pas pouvoir faire grand-chose. "On a mis en place une sécurité quasi-militaire", se défend le maire Hervé Blanché. "Il y a même du fil barbelé pour empêcher les gens d'entrer. Après on peut toujours mettre des gendarmes ou des policiers municipaux sur le site, mais vous allez voir ce que ça va coûter aux Rochefortais.

. - Radio France
. © Radio France - Tommy Cattaneo.

Le maire rappelle aussi que la précédente équipe municipale avait mis en place un gardiennage sur le site de l’hôpital Saint-Charles, mais cela coûtait 100 000 euros par an à la commune. Il n'est pas non plus possible de murer les entrées et sorties, car il est obligatoire de laisser un accès aux pompiers en cas d'incendie.

Ce lundi, la serrure du portail principal qui avait été forcée et la palissade tordue ont été remises en état par les équipes de la ville.