Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Rodéo urbain à Angoulême : premier procès en vertu de la nouvelle loi

-
Par , , France Bleu La Rochelle

La toute nouvelle loi chargée de lutter contre les rodéos urbains est appliquée dès ce jeudi au tribunal d'Angoulême : un jeune homme qui faisait des roues arrières à proximité d'ouvriers au travail est jugé en comparution immédiate.

Photo d'illustration - un scooter sur une seule roue
Photo d'illustration - un scooter sur une seule roue © Maxppp - OLIVIER BOITET

Angoulême, France

Mise à jour 15h30 : le procès est renvoyé à une audience ultérieure

C'est peut-être une première, l'application d'une toute nouvelle loi, à peine promulguée : un Angoumoisin est jugé ce jeudi, en comparution immédiate, par le tribunal correctionnel d'Angoulême, pour conduite dangereuse sur un deux-roues.

La loi, promulguée le 3 août, est chargée de lutter contre un phénomène en augmentation : les rodéos urbains. Elle vise à sanctionner les comportements des conducteurs de deux-roues (scooters ou motos) qui mettent en danger leur sécurité et celle des riverains, et qui sont susceptibles de provoquer des nuisances sonores. L'an dernier, les forces de l'ordre ont relevé en France plus de 15.000 rodéos urbains.

La sécurité des ouvriers présents à proximité était compromise

En l'occurrence lundi à Angoulême : un jeune homme a été interpellé par la police, route de Bordeaux, alors qu'il faisait des roues arrière devant le lycée de Sillac. Le secteur est actuellement en travaux, afin de préparer l'arrivée du futur bus de l'agglomération d'Angoulême. Et la sécurité des ouvriers qui travaillaient sur place était compromise par les agissements du chauffard.

Il risque, si le tribunal reconnait "des violations d'obligations de sécurité ou de prudence", "de façon intentionnelle", une peine allant jusqu'à un an d'emprisonnement et 15.000 euros d'amende. Cela peut même monter à 30.000 euros d'amende et deux ans de prison si les faits sont commis en réunion. Et pire s'ils sont commis sous l'empire de stupéfiants ou d'alcool : 45.000 euros d'amende et trois ans de prison.