Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Rodez : le conseiller agricole de François Hollande a été libéré

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Philippe Vinçon, conseiller de François Hollande, a été retenu pendant plusieurs heures ce vendredi à Rodez par la Confédération paysanne. L'organisation réclamait que la justice abandonne les poursuites contre cinq de ses membres impliqués dans l'opération contre la ferme dite des "1.000 vaches", près d'Abbeville.

Philippe Vinçon face aux représentants de la Confédération paysanne
Philippe Vinçon face aux représentants de la Confédération paysanne © @ConfPaysanne

En marge du déplacement de François Hollande à Rodez (Aveyron), venu inaugurer ce vendredi le musée consacré au peintre Pierre Soulages, la Confédération paysanne a décidé de séquestrer l'un des conseillers de l'Elysée. Philippe Vinçon, spécialiste de l'agriculture, a en effet été retenu à la préfecture dans une pièce fermée, alors qu'il avait rendez-vous avec les syndicalistes. "C'est une sorte de garde à vue sociale", a expliqué l'un des membres de l'organisation sur place. La Confédération paysanne réclamait que cinq de ses membres soient relâchés. Ces derniers, impliqués dans le démontage partiel de la ferme dite des "1.000 vaches", mercredi près d'Abbeville, sont ce vendredi matin présentés à la justice à Amiens.

 

"Le tribunal est en train de libérer nos camarades"

L'organisation agricole a publié une photo en fin de matinée qui montrait le conseiller de François Hollande sur Twitter, et expliquait qu'il était "entendu pendant sa GAV par le trésorier de la Conf et le porte-parole Aveyron". "Ce n'est pas une séquestration", avait cependant affirmé l'un des responsables sur place, mais "on restera ici jusqu'à ce que nos camarades soient libérés". Le conseiller a finalement été libéré en début d'après-midi. "Nous avons décidé de rendre sa liberté à M. Vinçon car le tribunal d'Amiens est en train de libérer nos camarades", a annoncé devant la préfecture Christian Roqueirol, membre du comité national de la Confédération.

Le déplacement de François Hollande s'effectue dans un climat tendu. Les policiers ont fait usage de gaz lacrymogènes pour éloigner des manifestants venus perturber l'inauguration du musée. Parmi eux, des intermittents du spectacle, des travailleurs précaires, des agriculteurs et des métallurgistes. Des manifestants qui évaluaient eux-mêmes leur nombre à 200 ou 300, rapporte l'AFP.