Faits divers – Justice

Roland-Garros : l'affaire de la double billetterie en trois questions

Par Marina Cabiten, France Bleu mercredi 27 janvier 2016 à 12:19

Jean Gachassin, le président de la FFT
Jean Gachassin, le président de la FFT © Reuters

Jean Gachassin, président de la Fédération française de tennis (FFT), a selon plusieurs médias revendu illégalement des places pour le tournoi de Roland-Garros pour en tirer des bénéfices. L'intéressé a répondu ce mercredi avoir "la conscience tranquille".

Nouveaux soupçons de corruption dans le monde du tennis. Après l'affaire des matches truqués par certains des meilleurs joueurs mondiaux, le Canard enchaîné relaie ce mercredi des soupçons sur un trafic de billets pour le tournoi de Roland-Garros, orchestré par le président de la Fédération française de tennis (FFT) en personne. Des accusations déjà évoquées la semaine dernière dans le journal Aujourd'hui en France/Le Parisien, auxquelles Jean Gachassin a répondu mercredi.

Double billetterie : de quoi parle-t-on ?  

Le début de cette affaire remonte selon le Canard enchaîné à l'envoi, en mai 2015, d'une lettre anonyme à plusieurs membres du gouvernement. Une lettre ayant déclenché une enquête de l'Inspection générale de la jeunesse et des sports sur la gestion de la Fédération française de tennis, dont les conclusions définitives sont attendues pour le mois de juin. Mais dans une note d'étape qui aurait été rendue à François Hollande le 20 janvier, les enquêteurs alertent sur "un trafic de billets privilégiés", des centaines de places pour Roland-Garros revendues de façon illégale, à l'initiative du président de la FFT Jean Gachassin. 

Ce dernier aurait mis ces places à disposition d'une agence de voyage dans sa région d'origine, le Sud-Ouest, pour en faire "commerce pour son propre compte". L'avocat de Jean Gachassin ne nie pas ces faits, puisqu'il a déclaré au Canard enchaîné : "C'est une histoire ancienne. Elle date d'il y a cinq ans. Mon client y a mis un terme."

Quelle est la réaction du président de la FFT ? 

Cette billetterie parallèle se serait effectivement arrêtée il y a cinq ans selon les informations de France Info, qui précise également que 700 places auraient été écoulées de cette manière. C'est aussi sur France Info que Jean Gachassin a répondu à ces accusations depuis le tournoi de Melbourne. Il dit avoir "la conscience tranquille", affirme que c'est son cabinet qui gère toutes les places pour Roland-Garros. Toujours selon Jean Gachassin, la lettre anonyme à l'origine de l'affaire a été envoyée par un opposant au projet d'extension du site de Roland-Garros.  

Quelles conséquences à ces révélations ? 

Les enquêteurs de l'Inspection générale de la jeunesse et des sports s'inquiètent, selon la note reprise dans le Canard enchaîné : "Cette situation pourrait avoir des conséquences négatives sur le déroulement serein du tournoi, (...), la réussite du projet d'extension du stade Roland-Garros, enjeu essentiel pour le sport français et la prochaine candidature olympique, et, d'une façon plus large, sur l'image du sport français."

Ils accablent aussi l'entourage de Jean Gachassin pour avoir fermé les yeux sur cette affaire, et soulignent même que "le cabinet du Premier ministre avait été tenu informé (...) des problèmes de comportement du président de la FFT", également épinglé pour son train de vie fastueux. Ira-t-il au bout de son mandat, qui expire en janvier 2017 ? À 74 ans, il a d'ores et déjà annoncé qu'il n'en briguera pas un troisième.