Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Rosbruck : le risque d’inondation en plus des affaissements miniers

lundi 5 octobre 2015 à 18:53 - Mis à jour le mercredi 16 décembre 2015 à 16:56 Par François Pelleray, France Bleu Lorraine Nord

A Rosbruck, près de Forbach, des habitants vont de déconvenues en déconvenues. Ils subissent déjà des affaissements miniers et maintenant un autre handicap vient s'ajouter : le risque d'inondation. Selon eux, à cause des affaissements, un lotissement est descendu en dessous du niveau de la Rosselle.

Joëlle Pirih (CLCV) et son mari Gaston devant leur maison penchée à Rosbruck.
Joëlle Pirih (CLCV) et son mari Gaston devant leur maison penchée à Rosbruck. - François Pelleray

Rosbruck, France

Dix sept habitants de Rosbruck, près de Forbach, attaquent en justice les charbonnages de France, ex-HBL, pour réclamer une indemnisation liée au risque d'inondation. Un classement en zone rouge serait synonyme de gros travaux de sécurisation à la charge de chacun, quasiment à 100%.

L'Etat envisage de placer 33 maisons en zone rouge. Cela signifie que beaucoup de travaux devront être réalisés dans chaque maison pour se protéger d'une inondation. Toutes n'ont pas un étage refuge avec une dalle. Il faudrait également refaire toute l'électricité pour remonter les compteurs de la cave.

La pente s’est inversée

Seulement, pas question de laisser ces travaux à la charge de chacun. « Ce serait une triple peine » aux yeux du maire de Rosbruck, Pierre Steininger. « Imaginez des maisons sur un terrain affaissé, avec des fissures et maintenant ces maisons se trouveraient en zone inondables ».

Au fil des décennies, ce lotissement est descendu de 15 mètres, il se retrouve 4 mètres en dessous du niveau de la Rosselle. Le plus incroyable est que la pente s’est inversée.

Les habitants vivent penchés avec une pente de 3% en moyenne. Cela représente trois centimètres d'écart tous les mètres, cela suffit à faire pencher les gouttières dans l'autre sens. Du coup l'eau s'infiltre dans les murs, « le papier peint doit être remplacé tous les ans » témoigne Joëlle.

Mise à jour le 16 décembre 2015 > les habitants ont obtenu de la justice une expertise de la valeur vénale de leurs maisons, première étape avant d'espérer une indemnisation.