Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : Mouvement des gilets jaunes

Rouen : le gendarme mobile soupçonné d'avoir renversé trois gilets jaunes sera jugé le 30 janvier

Le gendarme mobile soupçonné d'avoir renversé trois gilets jaunes lors d'une manifestation, en février dernier, sera jugé le 30 janvier par le tribunal correctionnel de Rouen pour "blessures involontaires".

Manifestation de gilets jaunes à Rouen en janvier 2019
Manifestation de gilets jaunes à Rouen en janvier 2019 © Radio France - Sixtine Lys

Rouen, France

En juin dernier, France Bleu Normandie vous le révélait en exclusivité, l'automobiliste soupçonné d'avoir renversé trois gilets jaunes lors d'une manifestation, en février, à Rouen, était un gendarme mobile. Accompagné de sa femme et de son enfant, cet homme de 29 ans tentait de traverser la manifestation et assure avoir été pris à partie par des manifestants. Il aurait paniqué et démarré en trombe. 

On connaît maintenant la date du procès : il sera jugé le 30 janvier devant le tribunal correctionnel de Rouen pour "blessures involontaires".

"C'est bien une décision volontaire et pas un faux mouvement !"

Une qualification qui surprend maître Chloé Chalot, avocate d'une des trois victimes, qui rappelle que la scène a été filmée : "J'ai bien regardé les vidéos et la voiture qui démarre et accélère, c'est bien une décision volontaire et pas un faux mouvement !" Maître Chalot rappelle que son client ne faisait pas partie des assaillants et qu'il manifestait tranquillement, quelques mètres à l'avant.

Son client s'est vu prescrire cinq semaines d'ITT, incapacité totale de travail. Cet homme de 47 ans, sérieusement touché à la tête après un vol plané, perd connaissance sur le coup et est hospitalisé. Bilan : un traumatisme crânien et des soins intensifs encore aujourd'hui. "Il craint qu'on n'échange les rôles et que sa parole de victime soit remise en cause", confie son avocate.

Le gendarme s'est finalement rendu au commissariat

Le gendarme mobile appartient à l'escadron de Mont-Saint-Aignan. Il n'est pas en service au moment des faits. Affolé quand il voit des personnes tomber au sol, il quitte les lieux avant de se présenter au commissariat où il est placé en garde à vue. 

En tout, les trois blessés se sont vu prescrire entre deux et cinq semaines d'ITT.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu