Faits divers – Justice

75% des routes azuréennes en mauvais état : il faut "une réaction des pouvoirs publics" pour Albert Lancar

Par Justine Leclercq, France Bleu Azur lundi 17 octobre 2016 à 9:05

Albert Lancart
Albert Lancart © Radio France

Le syndicat des équipements de la route vient de publier une étude sur le mauvais état des routes. Les principaux problèmes sont l’ancienneté des panneaux de signalisation et l’absence de marquage au sol.

Les trois quarts des routes en France et dans les Alpes-Maritimes sont en mauvais état d’après un rapport publié par le syndicat des équipements de la route regroupant une trentaine de société dont celle du Niçois Albert Lancart.

Pour ce spécialiste des glissières de sécurité et du marquage au sol, la signalétique est trop souvent absente et obsolète. Entre 30 et 40% de nos chaussées ont des panneaux obsolètes.

La moitié des routes n’ont plus de marquage au sol. Ce mauvais état peut en partie expliquer la hausse du nombre de tués sur les routes en septembre en France.

Désengagement de l’Etat

L’Etat a transféré aux agglomérations et aux conseils départementaux la gestion des routes. Mais les collectivités ont de moins en moins de moyens et de plus en plus de mal à entretenir nos chaussées explique Albert Lancart.

Ce spécialiste des routes estime pourtant que le changement régulier de panneaux de signalisation ou le fait de refaire la peinture au sol revient beaucoup moins cher que le coût des accidents mortels.

Chaque accident coûte d’après Albert Lancart plus d’un million d’euros à l’Etat. Le syndicat des équipements de la route fait 10 propositions dans un libre blanc pour améliorer l'état de nos routes.

Partager sur :