Faits divers – Justice DOSSIER : Le projet Center Parcs à Roybon

Roybon : les habitants veulent encore croire au Center Parcs

Par Maxime Bacquié, France Bleu Drôme-Ardèche et France Bleu Isère jeudi 3 novembre 2016 à 5:20

Les habitants de la commune continuent d'afficher leur soutien au Center Parcs.
Les habitants de la commune continuent d'afficher leur soutien au Center Parcs. © Radio France - Maxime Bacquié

Nouvelle étape dans le dossier Center Parcs de Roybon. La Cour administrative d'appel de Lyon se penche ce jeudi sur le projet. En jeu : la reprise ou non des travaux, suspendus depuis deux ans dans la forêt des Chambarans. Malgré les signaux négatifs, les habitants continuent d'y croire.

Les banderoles de soutien au Center Parcs sont toujours là, dans le village, bien accrochées. Elles côtoient de plus en plus les panneaux "à vendre" ou "à louer", qui ont fleuri ces derniers mois sur les vitrines des commerces. Habitante de Roybon, Nicole a mal au cœur quand elle se retourne sur le passé récent de sa commune. "Tous les commerces ferment les uns après les autres. On l'attend ce Center Parcs. Il va attirer du monde. Moi j'y crois".

Roybon : les habitants veulent encore croire au Center Parcs

Les commerces à vendre sont de plus en plus nombreux à Roybon - Radio France
Les commerces à vendre sont de plus en plus nombreux à Roybon © Radio France - Maxime Bacquié

"C'est sans fin"

Malgré l'acharnement des opposants et les décisions de justice défavorables, les commerçants du village restent eux aussi positifs et combatifs. Mais les nerfs sont mis à rude épreuve depuis deux ans. "C'est sans fin. On a besoin d'une décision, qu'elle soit positive ou négative, mais on a besoin de savoir," implore Stéphanie, gérante d'un restaurant dans le centre du village. "Au début, quand les travaux de défrichement ont démarré, en octobre 2014, j'ai eu beaucoup de monde au restaurant, ça a créé un élan dans la commune. Mais depuis l'arrêt des travaux, c'est le désert."

La place de la liberté, où se sont rassemblés vendredi dernier près de 200 partisans du projet. - Radio France
La place de la liberté, où se sont rassemblés vendredi dernier près de 200 partisans du projet. © Radio France - Maxime Bacquié

"Plus de la colère que de l’essoufflement"

Vendredi dernier, les partisans étaient près de 200 réunis sur la place du village, autour de la statue de la Liberté, symbole de la commune. Preuve que la mobilisation continue pour Christian Lucciani, président de l'association Vivre en Chambaran. "Il y a plus de la colère que de l’essoufflement dans le village. Les habitants en ont marre de voir que dans le pays, pas seulement à Roybon, une minorité agissante peut tout bloquer". Référence à peine voilée aux "zadistes", ces opposants radicaux qui ont débarqué il y a deux dans la forêt des Chambarans, pour faire cesser les travaux de défrichement.

Deux ans plus tard, les Roybonnais sont formels, une dizaine de zadistes vivent encore là-haut, dans la forêt. France Bleu Isère s'est donc rendu sur place, pour vérifier, mais n'a croisé personne. Pourtant les signes de vie sont bien présents. Entre les pneus et palettes de bois entassés, on aperçoit un vêtement ou une assiette sale. Des matelas sont également installés dans la cabane aménagée.

Pas de décision avant une quinzaine de jours

Les habitants de Roybon ont loué un bus pour pouvoir se rendre à Lyon ce jeudi, et assister à l'audience. Ils savent qu'aucune décision ne sera rendue dans l'immédiat par les juges, qui écouteront les arguments des deux parties. Ils mettront leur décision en délibéré et la rendront sous une quinzaine de jours.

→ DOSSIER - Le projet Center Parcs à Roybon

L'entrée de la Zad, dans la forêt des Chambarans - Radio France
L'entrée de la Zad, dans la forêt des Chambarans © Radio France - Maxime Bacquié
A l'intérieur du camp de fortune des zadistes, vide lors de la présence de France Bleu Isère - Radio France
A l'intérieur du camp de fortune des zadistes, vide lors de la présence de France Bleu Isère © Radio France - Maxime Bacquié
Une dizaine de zadistes vivraient encore ici, dans la forêt des Chambarans - Radio France
Une dizaine de zadistes vivraient encore ici, dans la forêt des Chambarans © Radio France - Maxime Bacquié