Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Saccage du McDo de Saint-Priest-en-Jarez : le principal suspect est écroué

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Le suspect s’est rendu de lui-même, vendredi, aux gendarmes d’Andrézieux-Bouthéon. Il est soupçonné d’avoir participé au saccage du McDonald de Saint-Priest-en-Jarez, le 30 mars dernier, après une manifestation de gilets jaunes. Déjà condamné dans une autre affaire, il a été écroué.

Le commando est soupçonné d’avoir saccagé le restaurant le 30 mars dernier
Le commando est soupçonné d’avoir saccagé le restaurant le 30 mars dernier © Radio France - Yves Renaud

Le suspect se savait recherché, a fortiori depuis l’arrestation de ses six complices présumés, le 5 juin dernier. Hier, vendredi, il s’est rendu de lui-même aux gendarmes d’Andrézieux-Bouthéon qui l’ont remis aux policiers chargés de l’enquête. La veille de sa reddition, il a même posté, sur les réseaux sociaux, une vidéo expliquant son intention de mettre fin à sa cavale.

Saccage en marge d’une manifestation de gilets jaunes

L’homme, qui habite Andrézieux-Bouthéon, est suspecté d’avoir très activement participé au saccage du McDonald de Saint-Priest-en-Jarez, le 30 mars dernier, dans la foulée d’une manifestation de gilets jaunes.

Le commando avait saccagé du matériel en cuisine et dans le restaurant en s’en prenant essentiellement aux bornes de commande.

Le suspect est déjà condamné dans une autre affaire

Joint par France Bleu, le parquet de Saint-Etienne précise que dans la foulée de sa garde-à-vue, le suspect a été écroué car il était déjà condamné dans une autre affaire.

Quant aux six hommes et femmes interpellés le 5 juin dernier, ils ont reconnu les faits. Tous ont été remis en liberté après leur garde-à-vue et seront convoqués ultérieurement devant la justice.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess