Faits divers – Justice

Saint-Avertin : prison ferme pour le couple qui a braqué un salon de coiffure samedi

Par Yohan Nicolas, France Bleu Touraine jeudi 3 novembre 2016 à 14:00

Le Tribunal de Tours a condamné l'homme à 3 ans de prison, et sa compagne à 18 mois ferme
Le Tribunal de Tours a condamné l'homme à 3 ans de prison, et sa compagne à 18 mois ferme © Maxppp - François Lafite

Un couple à la dérive a été condamné mercredi soir par le Tribunal correctionnel de Tours à de la prison ferme. Ils ont braqué samedi après-midi un salon de coiffure de Saint-Avertin. Lors de l'audience, leur dépendance à la drogue a été longuement évoquée.

Laura et Bokari se sont rencontrés il y a 9 mois. Sans domicile fixe, ils sont héroïnomanes : lui depuis 20 ans, elle depuis 3 ans déjà. Lui a 42 ans, 15 condamnations déjà son actif. Elle en a 19 et un très lourd passé.

Un passage à l'acte lié au manque

Ce samedi après-midi, Laura est en manque. Elle n'a rien pris depuis 1 jour et demi, une éternité pour elle. Armé d'un pistolet factice, ils tentent vainement de trouver un dealer pour le braquer, pour finalement se rabattre sur un salon de coiffure. Bokari se met un bas sur le visage. Laura est à visage découvert. "Je ne pouvais plus attendre. J'étais pas bien" dit-elle à la barre. Ils repartent avec un maigre butin, 60 euros qui permet à Laura d'acheter un dose.

Trois an de prison ferme pour lui, 18 mois pour elle

Ils sont finalement arrêtés dans la nuit de dimanche à lundi pour un petit larcin, des vols dans des voitures aux portières non-fermées à Tours-Nord. C'est un policier qui fera le rapprochement entre les deux affaires, avec le témoignage de la coiffeuse sur ses agresseurs. En garde à vue, Laura et Bokari avouent sans difficulté, à bout de force, usés par la vie. La Présidente du Tribunal referme le dossier avec un vœux sans doute pieux : "J'espère que le passage en prison vous permettra de sortir de votre dépendance".

Le Tribunal de Tours a condamné Bokari à 3 ans de prison, et Laura à 18 mois ferme, avec placement en détention.