Faits divers – Justice

Saint-Brieuc : l’auteur de la longue course-poursuite n’avait plus de permis

Par Johan Moison, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel et France Bleu mardi 6 septembre 2016 à 10:52 Mis à jour le mardi 6 septembre 2016 à 17:28

Voiture de police - illustration
Voiture de police - illustration © Radio France - Radio France

L’auteur de la course-poursuite la nuit dernière entre Saint-Brieuc et Lannion a été remis en liberté à l’issue de sa garde à vue mais il comparaitra prochainement devant le tribunal correctionnel. Agé de 36 ans, son permis était annulé et il était ivre. Récit d’une course folle.

Saint-Brieuc, boulevard Clémenceau, 00h45. Le conducteur d’une Citroën C4 refuse de s’arrêter à un contrôle de police. Il prend la fuite en grillant un premier feu rouge au carrefour entre l'Avenue Corneille et la Rue Lafayette, se dirige vers le quartier de l’Europe puis s’engage sur la Nationale 12. Il a également un passager dans la voiture. Derrière eux : un véhicule de la brigade anti-criminalité, gyrophare allumé et sirène hurlante.

A 200 km/h sur la Nationale 12

La C4 roule entre 180 et 200 km/h, elle fait des embardées pour empêcher la police de doubler. A Guingamp, des gendarmes arrivent en renfort. Ils tentent une interception. En vain. La voiture du fuyard percute même légèrement un véhicule de gendarmerie, arrachant au passage un rétroviseur. La course-poursuite continue.

Une herse pour stopper la voiture

Le chauffard bifurque vers Lannion où il parvient à éviter un nouveau barrage mais quelques kilomètres plus loin il roule sur une herse déployée sur la chaussée par les forces de l’ordre. La voiture termine sa course folle dans un talus. Pas de blessés. Il est 1h15 le chauffard a parcouru les 70 km qui séparent Saint-Brieuc de Lannion en 30 minutes. Seul le conducteur, un briochin de 36 ans, a été placé en garde à vue. Au moment des faits, il était ivre. Les policiers ont aussi découvert que son permis avait été annulé. Remis en liberté, il sera prochainement jugé par le tribunal correctionnel de Saint-Brieuc.

Partager sur :