Faits divers – Justice

Saint-Calais : un cadre de santé s'est suicidé début juillet

Par Marie Mutricy, France Bleu Maine vendredi 19 août 2016 à 18:40 Mis à jour le samedi 20 août 2016 à 17:38

Un cadre de santé de l'hôpital de Saint-Calais s'est suicidé le 6 juillet 2016. Il mettrait directement en cause sa direction dans des courriers à sa famille, l'ARS et la direction.
Un cadre de santé de l'hôpital de Saint-Calais s'est suicidé le 6 juillet 2016. Il mettrait directement en cause sa direction dans des courriers à sa famille, l'ARS et la direction. © Maxppp - Sébastien Jarry

Un cadre de santé, c'est-à-dire la personne qui encadre les infirmiers et les aide-soignants notamment, de l'hôpital de Saint-Calais en Sarthe est mort le 5 juillet 2016 à la suite d'un suicide. Il mettrait en cause les méthodes de la direction par écrit.

Un homme d'une cinquantaine d'année, cadre de santé de l'hôpital de Saint-Calais est mort le 5 juillet 2016 à la suite d'un suicide. Dans des courriers envoyés à la direction du centre hospitalier qui emploie plus de 400 personnes, ainsi qu'à l'ARS et à sa famille, il mettrait directement en cause la direction de l'établissement, selon la CGT qui a pu consulter l'une des lettres. Une enquête de l'Inspection générale des affaires sociales est diligentée. Elle aura lieu la semaine prochaine et début septembre. La famille de l'ancien infirmier a l'intention de saisir la justice.

[MISE A JOUR 20/08/2016] : la directrice du centre hospitalier de Saint-Calais a envoyé le communiqué suivant à la rédaction de France Bleu Maine samedi. Marie-Bernardette Ponthoreau y explique notamment que "les autorités administrative et judiciaire concernées en ont été prévenues immédiatement par la direction de l’établissement qui ne peut que s’inscrire en faux contre le contenu de ces courriers et ne souhaite pas faire d'autres commentaires car une mission de contrôle est actuellement en cours qui devrait rendre ses conclusions prochainement". La directrice estime également que Philippe Kéravec, qui n'est pas un syndicaliste élu dans son établissement tient des propos qu'elle juge "diffamatoires".

Des lettres pour dénoncer

"Sa famille m'a fait lire le courrier adressé également à l'Agence régionale de santé, explique Philippe Keravec représentant CGT de l'hôpital du Mans, où il dit ouvertement qu'il tient responsable de son suicide une partie de la direction du centre hospitalier de Saint-Calais". L'homme qui avait brillamment réussi les concours de la fonction publique hospitalière décrirait ensuite les causes qui l'ont poussé à se suicider, selon le syndicaliste : "il écrit 'Vous me demandez de maltraiter mes collègues et ça, ça ne peut pas se concevoir dans les valeurs que je défends' ".

La direction plusieurs fois mise en cause ?

Selon la CGT, des problèmes ont déjà été signalés au sein de l'établissement. En mars dernier, une radiologue avait démissionné alors qu'un nouveau scanner avait été mis en service il y a à peine un an. "Au moins 17 cadres auraient changé d'établissement ses dernières années", selon Philippe Keravec et le syndicat a déjà alerté l'Agence régionale de santé et demandé des solutions. En vain.