Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Saint-Chamond : la vidéo-verbalisation en vigueur pour sanctionner les infractions routières

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

La chasse aux infractions routières passe désormais par la vidéo à Saint-Chamond. La vidéo-verbalisation est en place depuis mardi 6 avril dans la deuxième ville de la Loire.

La surveillance se fait depuis le centre de supervision urbain de Saint-Chamond, dans les locaux de la police municipale.
La surveillance se fait depuis le centre de supervision urbain de Saint-Chamond, dans les locaux de la police municipale. © Radio France - Tifany Antkowiak

Après Saint-Étienne, Roanne ou encore Firminy, Saint-Chamond a mis en place mardi 6 avril la vidéo-verbalisation. La police municipale s'appuie sur le réseau de vidéo-protection installé dans la deuxième ville de la Loire. "On a démarré en 2014 avec 10 caméras, aujourd'hui on est à 150, on a créé en 2018 le centre de supervision urbain, et en décembre dernier on a créé la brigade de nuit qui travaille de 17 heures à 2 heures du matin, avec 10 personnes embauchées; et la suite logique c'est la vidéo-verbalisation pour sanctionner les infractions les plus graves, celles qui mettent en péril les autres usagers", explique Gilles Greco, adjoint au maire de Saint-Chamond en charge de la sécurité. 

Quant on est là, l'infraction ne se commet pas

L'équipe de six personnes qui se relaient au centre de supervision urbain de la police municipale pour assurer la surveillance vidéo en temps réel se concentre en effet sur les infractions routières. "On avait beaucoup de demandes de la population par rapport à des comportements dangereux, ce qu'on peut appeler des rodéos, des accélérations de véhicules qui arrivent carrément à se mettre en travers en plein centre-ville, ou _des stationnement sur des trottoirs qui en bloquent complètement l'accès_", ajoute le directeur de la police municipale couramiaude, Christophe Riou.

Or, les interventions de la police municipale pour répondre à ces signalements aboutissaient rarement. "Quand on est là, l'infraction ne se commet pas, vu qu'on est présent, dès qu'on n'est plus là, les infractions et les mauvais comportements reviennent de plus belle, ce qui est chronophage en terme d'utilisation du personnel", poursuit Christophe Riou. Selon lui, la vidéo-verbalisation va permettre d'obtenir de meilleurs résultats, tout en organisant mieux le travail des équipes de la police municipale de Saint-Chamond.

Faire preuve de discernement

Les agents qui constatent une infraction en temps réel derrière leurs écrans notent l'immatriculation du véhicule, le lieu, la date et l'heure, pour pouvoir ensuite dresser le PV au contrevenant pour refus de priorité, franchissement d'un feu rouge ou encore stationnement gênant. Les Couramiauds reconnaissent que les jours de marché il est difficile de se garer dans certains secteurs de la ville. "Les gens font un peu comme ils peuvent, et ils sont toujours pressés", se lamente Nadia, qui adhère à la verbalisation par vidéo. Habib, est plus partagé. Il estime que les caméras peuvent avoir un côté rassurant, mais il attend aussi des policiers qu'ils fassent preuve de discernement. "Des fois en se gare pour une course de deux minutes, et là on se fait verbaliser, c'est trop bête", explique ce chauffeur routier.

Le discernement, c'est un point important pour le directeur de la police municipale de Saint-Chamond. D'après Christophe Riou, le fait de pouvoir visionner toute la séquence d'un stationnement, grâce à la vidéo, doit permettre au policier chargé de la vidéo-verbalisation de mieux juger si l'automobiliste mal garé doit réellement être sanctionné, ou si une tolérance peut être appliquée parce que la gêne occasionnée n'aura duré que quelques minutes. 

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess