Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Saint-Denis-d'Anjou : des squelettes humains retrouvés dans un jardin

-
Par , France Bleu Mayenne

Surprenante découverte pour les propriétaires d'une maison à Saint-Denis-d'Anjou il y a plusieurs semaines. Des ossements humains ont été retrouvés dans le jardin pendant des travaux.

Gendarmerie (image illustration)
Gendarmerie (image illustration) © Radio France - Victor Vasseur

Saint-Denis-d'Anjou, France

Les propriétaires d'un pavillon de Saint-Denis-d'Anjou n'imaginaient sûrement pas ça au moment des travaux de creusement de leur future piscine. Des ossements humains, dans la terre, ont été ainsi découverts. Et ce n'est pas la première fois que cela arrive à Saint-Denis d'Anjou d'après le maire de la commune Roger Guédon. 

"Il y aurait deux ou trois squelettes. On pense que c'est la mère et les deux filles. Ces ossements sont datés de plus d'une cinquantaine d'années certainement. Ils ne datent pas du tout de la Préhistoire, mais bien de l'Histoire contemporaine malheureusement" - Le maire de Saint-Denis-d'Anjou. 

Lors des premières recherches, les anciens propriétaires de la maison ont été contactés. Une autre hypothèse est envisagée par le maire de la commune. Après la seconde guerre mondiale, la tuberculose a frappé le village de Saint-Denis-d'Anjou, et des jeunes filles de cette famille étaient paraît-il atteintes de la maladie. "On pensait qu'elles avaient été dans un sanatorium en Normandie, mais nous n'en savons pas plus" continue Roger Guédon. Les ossements humains ont été envoyés à Paris pour l'enquête, à l'Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale. 

Choix de la station

France Bleu