Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Saint-Denis : le sociologue Nicolas Jounin accusé de violences envers un policier a été relaxé

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris, France Bleu
Saint-Denis, France

Nicolas Jounin, sociologue et ancien professeur à l’université Paris 8 de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), accusé de violences contre un policier en 2016, a été relaxé ce vendredi 24 janvier par la cour d'appel de Paris.

Le tribunal de grande instance de Bobigny, en Seine-Saint-Denis. 27 mars 2019.
Le tribunal de grande instance de Bobigny, en Seine-Saint-Denis. 27 mars 2019. © Radio France - Suzanne Shojaei

Nicolas Jounin a été relaxé ce vendredi par la cour d'appel de Paris. Ce sociologue, ancien professeur à l'université Paris 8 de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) et militant CGT, avait été condamné, en octobre 2016, à six mois de prison avec sursis pour des violences contre un policier.

Le policier avait été frappé lors d'une manifestation contre la Loi Travail en avril 2016, lors d'une manifestation qui avait réuni 200 personnes à Saint-Denis. Les accusations se sont portées sur Nicolas Jounin mais ce dernier les a toujours niées. Condamné à six mois de prison avec sursis, il avait décidé de faire appel. 

Ni le policier en question, ni l'ancien commissaire divisionnaire de Saint-Denis, David Le Bars (devenu secrétaire général du Syndicat des commissaires de la police nationale) dont le témoignage à charge avait joué dans la balance, n'étaient présents, lors du second procès en décembre dernier. 

Joint par France Bleu Paris, Nicolas Jounin se réjouit de cette relaxe :"Je suis satisfait de cette décision même si je regrette qu'il a fallu attendre quatre ans pour y arriver et que ni la justice ni la police n'a pu ordonner entre temps les investigations nécessaires".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu