Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Saint-Denis : les urgences de l'hôpital Delafontaine fermées 30 minutes après des jets de bombes lacrymogènes

samedi 7 octobre 2017 à 17:48 Par Aurore Jarnoux, France Bleu Paris

Les urgences de l'hôpital Delafontaine, à Saint-Denis en Seine-Saint-Denis, ont été fermées pendant une demi-heure vendredi soir. En début de soirée, plusieurs hommes ont pénétré dans le service pour s'en prendre à trois patients. Pompiers et infirmières ont été aspergés de gaz lacrymogènes.

Une bagarre a éclaté entre des patients et une bande venue pour en découdre.
Une bagarre a éclaté entre des patients et une bande venue pour en découdre. © Maxppp - Maxppp

Saint-Denis, France

La scène est impressionnante, choquante même pour les patients et le personnel présents. Ce vendredi soir, vers 19h, cinq hommes ont déboulé dans les urgences de l'hôpital Delafontaine à Saint-Denis. Ils souhaitaient semble-t-il s'en prendre à trois patients qui venaient d'être admis.

Des jets de bombes lacrymogènes

Les trois patients ont été hospitalisés suite à une première bagarre survenue non loin de là. La petite bande les a suivis jusque devant les portes de l'hôpital. Et une fois dans le service, une bagarre a éclaté.

Selon le personnel, plusieurs personnes, dont les trois hommes hospitalisés, ont utilisé des bombes lacrymogènes. Ils ont gazé pompiers et infirmières. Les autres patients eux n'ont pas été touchés. Ils se trouvaient alors dans la salle d'attente, épargnée par les gaz.

Quatre personnes en garde à vue

Les policiers sont rapidement intervenus. Ils ont interpellé les trois patients à l'origine de la rixe et un autre homme, sur le parking de l'hôpital. Ce dernier essayait de s'enfuir, avec dans sa voiture, une bombe lacrymogène.

Les urgences ont dû fermer leurs portes pendant une demi-heure. Elles ont pu rouvrir vers 20h vendredi soir. La direction de l'hôpital Delafontaine a décidé de porter plainte.