Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 12 blessés

Faits divers – Justice

Saint-Étienne : des anciens policiers au contact dans les quartiers de la ville

dimanche 8 juillet 2018 à 4:40 Par Sandrine Morin, France Bleu Saint-Étienne Loire

Ils étaient déjà présents à Montreynaud. Ces anciens policiers – délégués à la cohésion police-population- vont maintenant "patrouiller" à la Cotonne, Montchovet, et Beaubrun-Tarentaize.

La police va patrouiller dans trois quartiers de Saint-Étienne dont La Cotonne
La police va patrouiller dans trois quartiers de Saint-Étienne dont La Cotonne © Radio France -

Saint-Étienne, France

La police au contact de la population dans le quartier de la Cotonne. Un quartier qui a été labellisé en début d'année "quartier de reconquête républicaine". Un quartier qui va bénéficier en janvier prochain ( 2019 ) de renforts de police. Mais en attendant, des délégués police population sont en train d'y prendre leurx marques. Ce sont deux anciens inspecteurs de police, un capitaine et un commandant. Ils vont patrouiller dans le quartier à pied à partir de maintenant. L'idée c'est vraiment celui de la police de proximité. Celle de renouer le lien et le dialogue avec des habitants qui ont parfois du mal à faire confiance à la police. 

Vincent Manini est un ancien commandant de 57 ans. Il est à la retraite. Et il pense que cette mission est nécessaire. " Quand j’ai arrêté la police, j’ai senti qu’il y avait un fossé. Le fossé, il s’est vraiment creusé avec les jeunes. On n’est pas en voiture, on ne fait de pas renseignement, de répression. On est vraiment au contact pour renouer le dialogue" 

Bernard Delorme est un ancien capitaine de 63 ans. Ravi de mener cette mission. " Il faut être au plus proche de la population. Faire remonter les attentes. Nous sommes un relai. » 

Les délégués iront aussi dans les quartiers de Monchovet et Beaubrun-Tarentaize eux aussi labellisé "quartier de reconquête républicaine".