Faits divers – Justice

Saint-Étienne : des policiers bousculés dans la permanence du député Jean-Louis Gagnaire jeudi

Par Laureline Dubuy, France Bleu Saint-Étienne Loire vendredi 13 mai 2016 à 16:41

Bernard Cazeneuve, le ministre de l' Intérieur en visite dans la Loire
Bernard Cazeneuve, le ministre de l' Intérieur en visite dans la Loire © Radio France - François Madeuf

Bernard Cazeneuve le ministre de l'intérieur, en visite dans la Loire, a rencontré des policiers mobilisés lors de la manifestation contre la loi travail jeudi dernier à Saint-Etienne.

Des policiers auraient été bousculés pendant la manifestation contre la loi travail jeudi à Saint-Étienne. Ces policiers étaient déployés autour de la permanence du député socialiste de la Loire Jean-Louis Gagnaire.

4 jeunes manifestants sont entrés dans sa permanence pour déployer une banderole : " Mort du CFA + Etat d'urgence + loi travail + 49-3 = Gagnaire ".

Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur était en visite dans la Loire ce vendredi. Il  a rencontré les policiers à Saint Chamond. Pour le ministre, il est "inacceptable" que des policiers soient "malmenés".

Régis Juanico, député socialiste de la Loire présent lors de la visite du ministre, a aussi apporté son soutien à Jean-Louis Gagnaire tout comme le Parti Radical de Gauche et la Fédération Socialiste de la Loire.

Jean-Louis Gagnaire portera plainte dans le courant de la semaine prochaine pour l'effraction de sa permanence parlementaire.

2 des 4 manifestants qui ont pénétré dans la permanence du député socialiste Jean-Louis Gagnaire auraient été identifiés par la police.

"Ni voyous, ni casseurs"

Plusieurs organisations ont signé un communiqué commun après la manifestation du 12 mai pour "rappeler que l'action a été symbolique et qu'aucune dégradation de la permanence ( de Jean-Louis Gagnaire)  n'a été faite ".

Ces organisations dont la CGT 42,  les jeunes communistes, le parti de Gauche 42 et l'Organisation de Solidarité Étudiante ont apporté leur soutien aux quatre jeunes qui sont entrés dans la permanence de Jean-Louis Gagnaire :

"Les sanctions juridiques face a cet acte de résistance peuvent être lourdes. Nous affirmons notre soutien indéfectible aux quatre jeunes poursuivis pour un acte politique symbolique fort dénonçant la dérive totalitaire de notre gouvernement".

Le comité inter-organisations appelle à de nouvelles manifestations mardi 17 et jeudi 19 mai.