Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Saint-Étienne-du-Rouvray : l'archevêque de Rouen a "confiance en la justice" après les révélations de Mediapart

vendredi 5 janvier 2018 à 17:36 Par la rédaction, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Après les révélations de Mediapart sur les circonstances de l'attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray, l'archevêque de Rouen dit sa "confiance en la justice de notre pays" dans un communiqué ce vendredi.

 L'archevêque de Rouen (3e en partant de la droite) a réagi aux révélations sur l'attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray lors d'une cérémonie interconfessionnelle de vœux organisée ce vendredi.
L'archevêque de Rouen (3e en partant de la droite) a réagi aux révélations sur l'attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray lors d'une cérémonie interconfessionnelle de vœux organisée ce vendredi. © Radio France - Antoine Quevilly

Rouen

"Des questions se posent à nouveau : qui savait quoi ? _Cet attentat aurait-il pu être évité ?_" : dans un communiqué publié ce vendredi, l'archevêque de Rouen revient sur les révélations de Mediapart sur les circonstances de l'attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray. Le 26 juillet 2016, le père Hamel était égorgé dans son église par deux djihadistes se revendiquant de l'organisation État islamique. Selon Mediapart, les services de renseignements de la préfecture de police de Paris avaient connaissance des projets des tueurs une semaine avant l'attentat.  La préfecture de police de Paris répond que les informations interceptées n'était pas suffisamment circonstanciées pour engager une intervention.

Dans son communiqué Monseigneur Lebrun écrit : "Quoi qu’il en soit, cet épisode réveille une douleur qui commençait doucement à s’apaiser. Je pense en particulier à la famille du Père Hamel, aux autres victimes, aux proches et aux forces de l’ordre qui sont intervenues au péril de leur vie." Et il conclut : "Je redis la confiance en la justice de notre pays. Une instruction est en cours. Elle est ou sera saisie des informations publiées et bénéficiera des documents que la préfecture de police met à sa disposition. Je ne doute pas que les juges et les responsables de l’Etat en tireront toutes les conclusions."

De son côté, Maitre Méhana Mouhou, qui défend les époux Coponnet victime des attentats de St Etienne du Rouvray, estime que la justice doit se saisir de ce dossier pour faire la lumière sur ce drame, les versions étant contradictoires. Il demande l'ouverture d'une information judiciaire "Je demande aussi la déclassification  de tous les dossiers et documents qualifiés secret défense et qui intéressent l'attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray" ajoute-t il.