Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray

Saint-Etienne-du-Rouvray : pour Monseigneur Marc Aillet "il ne faut pas se laisser terroriser"

mardi 26 juillet 2016 à 17:19 Par Axelle Labbé et Céline Arnal, France Bleu Béarn et France Bleu Pays Basque

L'évêque de Bayonne-Lescar-Oloron réagit après la prise d'otages dans une église de Saint-Etienne-du-Rouvray, près de Rouen ce mardi. Un prêtre a été égorgé, les deux assaillants ont été abattus.

Monseigneur Marc Aillet, évêque de Bayonne-Lescar-Oloron
Monseigneur Marc Aillet, évêque de Bayonne-Lescar-Oloron © AFP - Iroz Gaizka

François Hollande dénonce un "ignoble attentat" commis par "deux terroristes se réclamant de Daech". L'organisation État islamique a revendiqué l'attaque.

La consternation est unanime au sein de l'Église catholique. Monseigneur Marc Aillet, l'évêque de Bayonne Lescar Oloron, se trouve en ce moment à Cracovie pour les Journées mondiales de la jeunesse.

Un prêtre martyr

"Ma première réaction, c'est une réaction de consternation face à un nouveau cap qui a été franchi, explique l'évêque. Et une réaction de compassion pour les victimes. Je pense à ce prêtre qui pour moi est un prêtre martyr. Il a été attenté au moment même où il célébrait l'eucharistie avec quelques fidèles, dans une église en plus où l'on pouvait s'attendre le moins à ce genre d'actions et qui a été lâchement assassiné, d'après ce que le président de la République lui même a dit, par des terroristes de Daech. C'est évidemment une cible religieuse, c'est nouveau par rapport aux attentats que nous avons connus jusqu'à présent. Donc ma première réaction n'est pas une réaction de vengeance bien entendu, ni de violence. Au contraire, c'est une réaction de prière et puis de confiance en Dieu. Il faut que nous croyons que le Seigneur est présent même dans les heures les plus ténébreuses et les plus sombres de notre histoire".

La première réaction de Monseigneur Aillet

Ne pas vivre dans la peur

Les fêtes de Bayonne s'ouvriront mercredi soir dans un contexte très particulier cette année. Après les attentats de Nice, le 14 juillet, la sécurité devait déjà être renforcée. Celui de Saint Etienne du Rouvray ce mardi, ne doit pas remettre en cause les fêtes selon Marc Aillet : "il ne faut pas se laisser déstabiliser ni terroriser. C'est le but recherché. Nous sommes dans la main de Dieu, nous sommes dans la confiance (...). Nous ne pouvons pas vivre dans la peur. Il faut être vigilent, mais nous sommes dans la confiance. Et rien ne nous empêchera de proclamer le Dieu d'amour et de miséricorde auquel nous croyons, de manière visible et publique".

"Il ne faut pas vivre dans la peur", dit Monseigneur Marc Aillet

Toutes les églises du diocèse sonneront le glas ce soir à 19 heures "dans un signe d'unité et de solidarité" explique le diocèse dans un communiqué.

La Conférence des évêques appelle également les catholiques français à une "journée de jeûne et de prière" vendredi.