Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray

Saint-Étienne-du-Rouvray : recherches toujours en cours pour identifier le deuxième assaillant

mercredi 27 juillet 2016 à 18:28 Par Julie Guesdon, France Bleu

Deux jours après la mort d'un prêtre dans l'attaque d'une église à Saint-Étienne-du-Rouvray les enquêteurs travaillent pour identifier le second assaillant. Une carte d'identité retrouvée dans le domicile du premier homme abattu a donné lieu à des perquisitions en Savoie mercredi.

Des policiers lors d'une opération antiterroriste après l'attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray
Des policiers lors d'une opération antiterroriste après l'attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray © AFP - CHARLY TRIBALLEAU

La police cherche toujours ce jeudi matin à confirmer l'identité du second attaquant de l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray. Il pourrait s'agir d'un Savoyard de 19 ans, dont la carte d'identité a été retrouvée au domicile d'Adel K. Pour confirmer cette piste, des perquisitions ont eu lieu ce mercredi à Aix-les-Bains.

Le premier assaillant identifié mardi grâce à ses empreintes papillaires mais son identification formelle prend toutefois du temps car les enquêteurs procèdent à une comparaison de son ADN avec celui de membres de sa famille. Ce premier attaquant, âgé de 19 ans, est originaire de Mont-Saint-Aignan (Seine-Maritime). Aucune condamnation ne figurait sur son casier judiciaire mais il était connu de la justice antiterroriste pour avoir tenté à deux reprises de gagner la Syrie en 2015.

Vidéo de propagande

Selon une source proche de l'enquête, l'Unité de coordination de la lutte antiterroriste (Uclat) avait diffusé le 22 juillet une note dans laquelle elle disait avoir reçu une information sur un individu "qui serait prêt à participer à un attentat sur le territoire national", accompagnée de la photo d'un homme ressemblant "fortement" à Abdel Malik P. L'agence Amaq, l'organe de propagande de l'EI, a diffusé une vidéo des deux futurs preneurs d'otage prêtant allégeance au chef du groupe jihadiste Abou Bakr al-Baghdadi.

Le profil d'Adel K. a déclenché une nouvelle polémique sur la politique antiterroriste du gouvernement. Le jeune homme avait tenté de rallier deux fois la Syrie en 2015. Mis en examen dès mars 2015 pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste, il avait été placé en détention provisoire à l'issue de sa seconde tentative, puis libéré en mars dernier et assigné à résidence sous bracelet électronique. Le parquet avait fait appel, en vain, de cette libération. Des responsables de l'opposition ont soulevé la question de la libération conditionnelle de détenus dans les dossiers terroristes. Mais sur les 285 mis en examen dans des affaires de terrorisme, 264 sont en détention, soit 93%, contre 20% dans les affaires de droit commun, a rappelé le ministère de la Justice.