Faits divers – Justice

Saint-Etienne-du-Rouvray : un Toulousain mis en examen

Par Eric Turpin, Sophie Parmentier, Stéphanie Mora et Bénédicte Dupont, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure), France Bleu Toulouse et France Bleu mercredi 10 août 2016 à 14:05 Mis à jour le samedi 13 août 2016 à 7:26

L'église de Saint-Etienne-du-Rouvray
L'église de Saint-Etienne-du-Rouvray © Maxppp - Arnaud JOURNOIS

Un garçon de 21 ans a été arrêté lundi près de Toulouse dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat du Père Hamel le 26 juillet dans l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray. Il a été mis en examen vendredi pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste.

Un jeune homme de 21  ans a été interpellé lundi à Pechbonnieu, à une quinzaine de kilomètres au nord de Toulouse. Selon les enquêteurs, il a été en contact avec les deux tueurs du père Jacques Hamel, dans l'assassinat dans une église près de Rouen a été revendiqué par l'organisation jihadiste Etat islamique. Vendredi, à l'issue de 96 heures de garde-à-vue, ce Franco-Algérien sans casier judiciaire a été mis en examen et placé en détention provisoire en région parisienne..

L'identité de cet homme qui aura 22 ans le 17 août n'a pas été rendue publique. Il vivait avec sa mère et ses deux sœurs à Pechbonnieu depuis moins d'un an dans un lotissement récemment sorti de terre. Les voisins décrivent une famille très discrète, un garçon peu bavard. Il était inconnu des services de police et de renseignement. Il se serait radicalisé très rapidement, en un mois à peine.

Une rencontre deux jours avant l'attaque de l'église

Les enquêteurs sont remontés jusqu'à lui en découvrant qu'il avait échangé par téléphone avec les deux terroristes qui ont assassiné le père Jacques Hamel, Adel Kermiche et Abdel Malik Petitjean.  Les trois hommes ont eu des échanges via l'application de messages cryptés Telegram, mais aussi semble-t-il sur d'autres réseaux sociaux, quelques jours seulement avant l'attentat qui a coûté la vie au Père Jacques Hamel le 26 juillet dans son église de Saint-Etienne-de-Rouvray. Le Toulousain nie avoir eu connaissance des projets macabres des deux normands. Pourtant dans ces messages apparaissent clairement, selon nos informations, des références à une église et à une attaque au couteau.

Les trois jeunes hommes ne se connaissaient visiblement pas avant l'attentat. Ils auraient fait connaissance à Saint-Etienne-du-Rouvray deux jours avant l'attaque, le 24 juillet. Le jeune Toulousain est arrivé en Normandie par le train. Il est reparti après avoir passé une nuit sur place. Il est donc redescendu sans participer à l'attentat avec Adel Kermiche et Abdel Malik Petitjean.

Pourquoi est-il reparti ? Que se sont dit les trois hommes à Saint-Etienne-du-Rouvray ? Le jeune actuellement en garde à vue pourrait avoir voulu participer à l'attentat et avoir renoncé au dernier moment. C'est une hypothèse que les enquêteurs sont en train de vérifier.

Partager sur :