Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Saint-Etienne : jusqu'à 4 ans de prison ferme requis pour les dealers de la rue de la drogue

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

On connaitra ce mercredi les décisions de la justice dans le procès dit de la rue Neyron qui s'est ouvert lundi devant le tribunal correctionnel de Saint-Étienne après un vaste coup de filet en mars 2018 et plusieurs mois d'écoutes téléphoniques, d'enregistrements vidéos et de filature.

Le tribunal de Saint-Etienne.
Le tribunal de Saint-Etienne. © Maxppp - Yves Salvat

Saint-Étienne, France

Ce mardi le procureur a requis de la prison fermes pour 7 des 13 prévenus. Jusqu'à 4 années pour ceux qui sont considérés comme les organisateurs du réseau et les dealers les plus actifs. Réquisitions de prison avec sursis en revanche pour les nourrices, ces hommes et ces femmes qui acceptaient de cacher de la drogue chez eux, pour quelques dizaines d'euros et parfois par peur de représailles. 

Photo souvenir

La deuxième journée d'audience a donné lieu à une scène plutôt étonnante. Avant l'audition du dernier témoin, l'audience a été interrompue une dizaine de minutes parce que l'un des prévenus qui comparaissait libre a utilisé son téléphone en salle d'audience. Pas pour vérifier sur internet combien il risquait dans ce procès mais pour prendre en photo ses amis qui comparaissaient, eux, dans le box des accusés, car ils sont en prison depuis leur arrestation il y a un an. Chacun n'est pas sensé savoir qu'il est interdit de prendre un cliché dans une salle mais les magistrats ont paru très étonné. Surtout par la justification : "c'était pour un souvenir" dit le prévenu qui en aura un autre de la part du procureur qui requiert à son encontre 4 ans de prison dont 2 ans et demi fermes. "Ils assument et ils savent qu'ils vont faire de la prison" dit-il. Dans le box, certains écoutent les réquisitions, bras dessus, bras dessous, comme une famille qui traverse une épreuve. Unis dans leur quotidien de deal que beaucoup ne contestent pas.

Les plaidoiries des parties civiles vont se poursuivre ce mercredi matin avant que les juges ne se retirent pour délibérer.

Choix de la station

France Bleu