Faits divers – Justice

Saint-Etienne : la police de proximité, "une réponse positive" pour Gael Perdriau

Par David Valverde, France Bleu Saint-Étienne Loire jeudi 17 août 2017 à 17:24

La police de proximité bientôt de retour.
La police de proximité bientôt de retour. © Maxppp - Maxppp

La police de proximité va faire son retour dans les quartiers d'ici à la fin de l'année. Annonce du gouvernement qui va dans le bon sens pour le maire de la ville et les habitants du quartier Beaulieu, 2 mois jour pour jour après l'incendie volontaire du Théâtre.

Même si le gouvernement veut lui donner un nouveau nom ("police de la sécurité du quotidien"), il s'agit bien d'un retour de la police de proximité, une présence de la police nationale dans les quartiers après sa création sous Lionel Jospin et sa disparition sous Nicolas Sarkozy. On ne sait pas encore quels seront les budgets et effectifs alloués à cette création. L'objectif aujourd'hui comme hier reste d'assurer une présence quotidienne, de tisser des relations avec les habitants et de prévenir les violences.

"Contradictoire avec la baisse annoncée du budget de l'Intérieur"

A Saint-Étienne la questions des effectifs policiers est un sujet sensible. Le maire de la ville demande plus de moyens depuis des mois. Dernier exemple en date il y a 2 mois après l'incendie du théâtre de Beaulieu dans un quartier réputé difficile. Réaction positive mais mesurée du maire Gaël Perdriau : "Je pense que c'est une réponse positive aux besoins des collectivités locales, notamment celle de Saint-Étienne. Mais je trouve que c'est contradictoire avec la baisse annoncée de 500 millions d'euros du budget de l'Intérieur. Une police de proximité ce sont des agents de police nationale en ronde dans les quartiers et dans la ville. Cela veut dire forcément des hommes et des matériels. Cela coute de l'argent. Il y a un constat qui m'a amené à prendre mes responsabilités en doublant les effectifs de la police municipale. Donc cette initiative gouvernementale est très positive mais au-delà de l'annonce ce que je souhaiterais c'est mesurer les actes."

Le maire de Saint-Etienne Gael Perdriau

Retour à Beaulieu, 2 mois après l'incendie du Théatre

L'annonce ne passe pas inaperçue dans certains quartiers difficiles, notamment donc celui de Beaulieu à Saint-Étienne. Il y a deux mois quasiment jour pour jour, le théâtre brulait après un incendie volontaire. Point d'orgue de tensions liées notamment à une lutte contre les trafics de drogue. Sur place les habitant accueillent cette annonce positivement même s'il y a bien sûr les habitants un peu résignés comme ce passant qui se demande "quel pouvoir ils ont ? Qu'on en embauche ça sera toujours des chômeurs en moins". Au-delà de la question de l'emploi, la réapparition de la police de proximité renvoie à la fin des années 90. La Muraille de Chine, cet ancien immeuble gigantesque, n'avait pas encore été détruit. Et les policiers étaient installés tout près. "Il y avait moins de soucis avec les gamins" se rappelle cet habitant du quartier depuis 30 ans. "Il y avait un contact. Ils étaient plus sympas. Au niveau relationnel c'était mieux que ceux qu'on a maintenant. J'en garde un bon souvenir. Avant c'était mieux !"

Alors Beaulieu pourrait-il retrouver un peu de sérénité avec la police proximité, l'incendie du Théâtre aurait-il pu être évité ? Réponse du maire de Saint-Étienne Gaël Perdriau : "Dans les missions de la police de proximité il y a aussi le renseignement. Si cet incendie était difficilement prévisible, il est possible que l'enquête aurait pu être plus rapide et aboutir sur des responsabilités". Sur place en tout cas on sent qu'il faut faire quelque chose, pour que les habitants se sentent mieux chez eux comme celui-ci qui souffle à notre micro qu'il y en aurait besoin "surtout le soir. De 20h à 2h du matin. Il y a des voitures qui roulent comme des malades, d'autres qui font des roues arrières. C'est intenable. Mais on ne voit jamais la police le soir. On ne la voit jamais."

Reportage dans le quartier Beaulieu