Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Saint-Étienne : les commerçants de la place Saint-Roch solidaires avec le Tsing Tao

mardi 12 juin 2018 à 18:06 Par Mathilde Montagnon, France Bleu Saint-Étienne Loire

Les commerçants de la place Saint-Roch de Saint-Étienne ont lancé une pétition pour soutenir le gérant du Tsing-Tao, ce restaurateur placé en garde à vue dimanche après avoir violenté un adolescent. Aujourd'hui, ce dernier se dit harcelé par un groupe de jeunes du quartier. L'enquête se poursuit.

La mairie de Saint-Étienne a installé des pots de fleurs pour protéger la terrasse du restaurant des jeux de ballon, mais sans résultat.
La mairie de Saint-Étienne a installé des pots de fleurs pour protéger la terrasse du restaurant des jeux de ballon, mais sans résultat. © Radio France - Mathilde Montagnon

Saint-Étienne, France

L'association des commerçants de la place Saint-Roch à Saint-Etienne vient de lancer une pétition pour soutenir les propriétaires du Tsing-Tao. Ce bar-restaurant de la place subit des nuisances et des incivilités depuis son ouverture il y a deux ans. Un groupe de jeunes joue régulièrement au ballon sur la terrasse de ce commerce, fait du bruit, enlève les tables, les chaises, gène les clients.... Les propriétaires du Tsing-Tao ont porté plainte à plusieurs reprises.  Dimanche, la situation a dégénéré : le patron du restaurant est sorti pour demander aux jeunes de jouer plus loin. Le ton est monté. Il a frappé un adolescent de 15 ans avec un aiguiseur à couteau avant d'être lui même roué de coups par les jeunes. Il est sorti de garde à vue ce mardi. L'enquête se poursuit en mode préliminaire.

Sur la pétition des commerçants, destinée au Procureur de la République de Saint-Étienne et au Préfet de la Loire, on peut lire "cette situation de nuisances, de troubles, de harcèlement et d'incivilités à trop duré. Nous soutenons de tout cœur le Tsing-Tao".  Véronique Treuvet, qui tient une boulangerie sur la place, a posé la pétition en bonne place sur son comptoir. Elle dit trouver "inadmissible ce qu'il se passe sur la place. C'est un harcèlement au niveau du bar, on s'acharne sur eux, on les empêche de travailler. Il faut être solidaires entre commerçants et habitants".  Véronique Treuvet raconte que tous les soirs, dès que les beaux jours reviennent, un groupe de jeunes investit la place pour jouer au ballon, parlant fort, criant, jusqu'à deux-trois heures du matin. Elle n'a pas été étonnée par l’événement de dimanche. "C'est un problème qui est latent et qui allait exploser, sur". 

Une pétition a été lancée par l'association des commerçants de la place Saint-Roch

Sao Li, la gérante du Tsing-Tao, estime qu'elle et son mari sont des victimes. Elle raconte que depuis leur rachat de ce bar-restaurant il y a deux ans, ils subissent un véritable harcèlement qui les empêche de travailler correctement. "On est agressés, physiquement ou pas, par ces jeunes qui jouent au ballon sur notre terrasse. Ils jettent le ballon sur la façade, sur les vitres, sur notre scooter. Ils piquent les chaises, les tables, ils ont volé les roues de ma voiture. Plus grave, ils m'ont jeté des cailloux dessus, ils m'ont insulté, ils m'ont jeté des bouteilles... J'ai porté plainte mais la situation n'a pas changé. On a essayé de parler avec eux pour leur dire : laissez nous travailler un peu. Mais ils sont trop nombreux. Ils ne veulent pas partir. Il faut dire que ce n'est pas normal, que ce n'est pas correct, que ce n'est pas juste. Il ne faut pas avoir peur!".

La gérante du Tsing-Tao estime qu'elle est victime de harcèlement depuis deux ans

La mairie de Saint-Étienne est consciente du problème. Le 1er juin dernier, elle a fait installer de gros bacs à fleurs pour protéger la terrasse du restaurant des jeux de ballons. Ce qui n'a pas amélioré la situation. Au contraire. Au lieu de jouer entre le restaurant et le parvis de l'église, désormais les jeunes restent uniquement au niveau de la terrasse.