Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Saint-Etienne : les gendarmes traquent un cambrioleur, se trompent d'adresse et défoncent la mauvaise porte

Par

Ce lundi 20 juillet, des gendarmes venus de Romans-sur-Isère ont défoncé la porte d'une Stéphanoise. Agissant sur commission rogatoire d'une juge de Valence, ils cherchaient un cambrioleur qu'ils n'ont pas trouvé. L'habitante compte porter plainte. La gendarmerie assure qu'il n'y a pas eu d'erreur.

Tayakout Yousfi envisage de porter plainte après l'irruption des gendarmes chez elle ce 20 juillet Tayakout Yousfi envisage de porter plainte après l'irruption des gendarmes chez elle ce 20 juillet
Tayakout Yousfi envisage de porter plainte après l'irruption des gendarmes chez elle ce 20 juillet © Radio France - Julien Gonzalez

Elle n'en revient toujours pas : ce lundi 20 juillet, à six heures du matin, une Stéphanoise, Tayakout Yousfi, a vu - ou plutôt entendu - débarquer des gendarmes à son domicile en fracturant la porte : "Je dormais, mon petit-fils de dix ans était dans la chambre d'à côté. A un moment donné, j'entends comme un coup de feu qui me réveille. J'entends du boucan dans la cage d'escalier. Et là, des hommes armés, cagoulés, en uniforme, me braquant, me sortant du lit. Ils m'ont attrapée pour me mettre les menottes dans le dos. Je leur dit "mais j'ai rien fait, j'ai rien fait !" Je vois le petit encadré de ces hommes en uniforme avec des armes sur lui aussi. Il y en a un qui lui tenait les mains derrière le dos, il pleurait. Ils m'ont dit : "Il est où, X ?". J'ai dit "je n'ai aucun enfant de ce nom." Et ils se sont regardé et ils ont dit "putain, on s'est trompé de maison !" 

Publicité
Logo France Bleu

Aucune erreur et donc aucune excuse à présenter selon la gendarmerie

Interrogé par France Bleu, le groupement de gendarmerie de la Drôme explique que ce 20 juillet, 80 policiers et gendarmes ont été déployés sur plusieurs sites pour interpeller les auteurs présumés d'une série de cambriolages commis depuis novembre 2018 à Romans-sur-Isère. Pour la gendarmerie, l'appartement de la Stéphanoise était bien une des adresses où pouvait loger un des suspects visés par l'enquête. En d'autres termes : il n'y a eu aucune erreur et il n'y aura donc aucune excuse.

Leur raid a foiré et moi je suis une victime  - Tayakout Yousfi

Mais Tayakout Yousfi ne compte pas en rester là et envisage même de porter plainte, faute d'avoir obtenu des excuses de la part de la gendarmerie. "Mon nom est à la porte, on n'a pas le droit de se tromper", assène-t-elle. "Je voudrais avoir un colonel ou un gradé qui me dise "oui, il y a eu bavure, il y a un enfant traumatisé." Je vais écrire au procureur, au ministère de la Justice et je laisserai mon avocat faire la suite."

Ma France : Mieux vivre

Hausse généralisée du coût de la vie, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent ainsi une nouvelle consultation citoyenne intitulée “Mieux vivre”. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres.

Publicité
Logo France Bleu