Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Saint-Étienne : quatre gardes à vue après une agression en marge d'un match de football

mercredi 7 novembre 2018 à 21:26 Par Marie Rouarch, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu

Quatre joueurs de l'AB Terrenoire ont été placés en garde à vue ce mercredi matin. Ils nient toute implication dans l'agression d'un footballeur de l'ASPTT Saint-Étienne après le match entre les deux équipes, samedi dernier.

Les terrains de football de l'Étivallière à Saint-Étienne où l'agression a eu lieu
Les terrains de football de l'Étivallière à Saint-Étienne où l'agression a eu lieu © Maxppp - Maxppp

Saint-Étienne, France

Quatre footballeurs de l'AB Terrenoire sont entendus par la police ce mercredi soir. Ils ont été placés en garde à vue dans la matinée, soupçonnés de violences sur un joueur de l'ASPTT Saint-Étienne, à l'issue d'un match entre les deux équipes. Les quatre gardés à vue nient toute implication dans cette agression.

Selon le procureur de la République de Saint-Étienne, leur garde à vue devrait être prolongée. Ces arrestations interviennent après des dizaines d'auditions libres effectuées depuis dimanche par les enquêteurs de la sûreté urbaine départementale auprès de joueurs présents, samedi après-midi. Les dirigeants des clubs et les membres du corps arbitral ont également été entendus. 

Les enquêteurs cherchent à établirsi oui ou non ce footballeur, policier de métier, a été agressé à cause de sa profession. La victime souffre de plusieurs fractures au nez et à l'arcade sourcilière, ainsi que d'un enfoncement de l'orbite d'un œil. Le trentenaire, qui travaille à la Brigade anti-criminalité (Bac) s'est vu prescrire une ITT de 21 jours.