Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Saint-Herblain : des tensions après la mort d'un migrant dans un gymnase

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Un demandeur d'asile a été découvert mort, ce jeudi matin, dans le gymnase Jeanne-Bernard de Saint-Herblain, où plusieurs centaines de migrants vivent depuis des mois. Ce décès a provoqué des tensions parmi les réfugiés. Des poubelles ont été incendiées et des habitations voisines caillassées.

Des poubelles incendiées près du gymnase Jeanne Bernard à Saint-Herblain
Des poubelles incendiées près du gymnase Jeanne Bernard à Saint-Herblain © Radio France - Florian Cazzola

Saint-Herblain, France

Un migrant d'une trentaine d'années a été découvert mort, ce jeudi matin, dans sa tente installée dans le gymnase Jeanne-Bernard, à Saint-Herblain, près de Nantes. Selon des témoins, l'homme se serait plaint de maux de ventre la veille. Il aurait succombé à un "malaise cardiaque", indiquent les premiers éléments de l'enquête. Le corps ne portait pas de trace suspecte. Une autopsie doit être pratiquée dans les prochains jours pour déterminer les causes exactes du décès. 

Des poubelles incendiées et des habitations prises pour cibles

Cette mort a provoqué une certaine tension parmi les occupants de cette salle de sport désaffectée, où ils sont environ 800 à s'entasser depuis des mois, dans des conditions insalubres. Certains ont incendié des poubelles dans la rue voisine du Dr Laënnec et caillassé les vitres de certaines habitations qui jouxtent le gymnase. La police et les pompiers ont dû intervenir pour ramener le calme.

La police est intervenue pour tenter de ramener le calme aux abords du gymnase Jeanne Bernard à Saint-Herblain - Radio France
La police est intervenue pour tenter de ramener le calme aux abords du gymnase Jeanne Bernard à Saint-Herblain © Radio France - Florian Cazzola

La situation est explosive dans ce gymnase. Le diocèse de Nantes, propriétaire, les associations de soutien aux migrants dénoncent depuis des mois les conditions sanitaires indignes dans lesquelles sont hébergés ces réfugiés. Les riverains, parmi lesquels Robert dont la maison se situe très près du gymnase, se plaignent également d'une "situation devenue intenable". Après les tensions de ces dernières heures, deux voitures de police se relaieront toute la nuit et un compagnie de CRS pourra "intervenir très rapidement" si la situation venait de nouveau à se tendre. 

L'État pointé du doigt par les élus locaux

Les élus locaux reprochent à l'État de ne pas respecter ses obligations en matière d'hébergement. "Qu'attend le ministère de l'Intérieur pour agir, a réagi la présidente socialiste de Nantes Métropole, Johanna Rolland. La situation est intenable en terme de dignité humaine. Il va falloir attendre combien de temps ? On nous promet des groupes de travail, ça ne résout pas la situation." "La dignité humaine n’est pas négociable", a pour sa part ajouté la conseillère métropolitaine d'opposition, Laurence Garnier. L’inaction de ceux qui se renvoient la balle est coupable, aujourd’hui encore plus qu’hier."

La préfecture de Loire-Atlantique a toujours refusé d'évacuer le gymnase et de prendre en charge les migrants. Dans un communiqué, La France Insoumise refuse d'entrer dans la polémique et met en avant l'urgence de la situation : "Pour nous, un responsable politique a une responsabilité morale impérative d'agir pour secourir toute personne en détresse. Les bâtiments publics inutilisés doivent être réquisitionnés pour fournir un hébergement digne pour tous"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu