Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : neuf départements en vigilance rouge, 53 en orange

Saint-Ismier : le patron du "Bistro de la gare" veut rétablir la vérité après la bagarre du Nouvel An

-
Par , France Bleu Isère

Le patron du restaurant "le Bistro de la gare" a contacté France Bleu Isère quelques jours après la bagarre qui à eu lieu dans son établissement le soir du nouvel an. Cinq personnes ont été blessées et une enquête de gendarmerie ouverte. D'après le gérant, son équipe n'a fait que s'interposer.

Henri Delmas, le gérant du Bistro de la gare à Saint-Ismier a gardé des séquelles de la rixe du nouvel an
Henri Delmas, le gérant du Bistro de la gare à Saint-Ismier a gardé des séquelles de la rixe du nouvel an © Radio France - Nicolas Joly

Le patron du "Bistro de la gare" à Saint-Ismier (Isère) veut rétablir la vérité. Le soir du nouvel an, une bagarre a éclaté dans ce restaurant vers 1h30 du matin. Une dizaine de personnes s'en sont pris d'abord à un autre client, puis au personnel de l'établissement. Cinq personnes ont été blessées, la gendarmerie a ouvert une enquête pour retrouver les perturbateurs qui ont pris la fuite.

Henri Delmas, gérant du Bistro de la gare à Saint-Ismier

Une agression mais pas une rixe

Aujourd'hui, le gérant du Bistro veut faire entendre sa version des faits. Huit points de suture sur le front, un coquard sous l'œil droit, Henri Delmas a la voix éraillée à force de raconter l'histoire. Pour lui il ne s'agit pas d'une rixe, mais plutôt de l'agression d'un client par une dizaine d'autres : "En quelques secondes, il y a une dizaine de personnes sur un seul gars. Il est au sol, je me jette dedans pour m'interposer et je donne la consigne à mes gars de ne surtout pas donner de coups."

L'origine de l'altercation ? "Une histoire de femme", avance le patron de l'établissement. Un habitué du restaurant qui aurait eu un comportement déplacé avec la compagne d'un autre, tout simplement. En voyant le casanova du Grésivaudan arriver dans le Bistro, le sang du conjoint malchanceux n'aurait alors fait qu'un tour. "Le conflit n'est même pas né dans l'établissement", insiste Henri Delmas, "c'est une histoire de l'extérieur qui est venue envenimer une soirée qui jusque-là s'était très bien passée."

La majeure partie de l'altercation ayant eu lieu dans la rue devant le restaurant, les caméras de vidéosurveillance ont pu capter de nombreuses images.
La majeure partie de l'altercation ayant eu lieu dans la rue devant le restaurant, les caméras de vidéosurveillance ont pu capter de nombreuses images. © Radio France - Nicolas Joly

La vidéosurveillance, élément-clé de l'enquête

L'altercation dure "dix ou quinze minutes". Sur le moment, tout va très vite, et il n'est pas facile pour les personnes présentes de garder des souvenirs précis. Heureusement, il y a la vidéosurveillance. La majeure partie de l'altercation ayant eu lieu dans la rue devant le restaurant, les caméras ont pu capter de nombreuses images. C'est leur visionnage qui permet du patron du Bistro d'affirmer que son équipe "n'a fait que s'interposer, sans donner de coups." 

C'est aussi après avoir vu les images, qui confirment la version du patron, que le maire de Saint-Ismier a publié un communiqué pour féliciter le personnel. L'enquête de la gendarmerie se poursuit. Reste à identifier les perturbateurs et à confirmer la présence d'une arme à feu qui aurait été brandie par l'un d'entre eux, sans être utilisée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess