Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Saint-Malo : 12 mois de prison dont 6 mois ferme pour les deux agresseurs des pompiers

-
Par , , France Bleu Armorique, France Bleu

Un homme et son neveu étaient jugés ce mercredi 9 octobre au tribunal correctionnel de Saint-Malo, suspectés d'avoir agressé quatre pompiers dans la nuit de samedi à dimanche 6 octobre, lors d'une intervention à Epiniac (Ille-et-Vilaine). Ils ont été condamnés à 12 mois de prison dont 6 ferme.

Le palais de justice de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)
Le palais de justice de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) © Radio France - Benjamin Fontaine

Saint-Malo, France

L'affaire a suscité l'indignation de la classe politique et bien au-delà. Le président du conseil départemental d'Ille-et-Vilaine Jean-Luc Chenut avait qualifié "d'actes inacceptables" l'agression de quatre pompiers de Dol-de-Bretagne dans la nuit du samedi 5 à dimanche 6 octobre à Epiniac, alors qu'ils intervenaient sur un accident de la route sans gravité.

Les soldats du feu ont été frappés et leur véhicule dégradé par deux cousins qu'ils étaient venus secourir après une chute à moto. Le père d'un des jeunes était également impliqué. Les trois agresseurs présumés avaient été interpellés par les gendarmes sur les lieux des faits le soir même, puis placés en détention provisoire.

Un oncle et son neveu, étaient donc jugés ce mercredi 9 octobre au tribunal de Saint-Malo pour des faits de violences aggravées, menaces de mort et dégradations. Le troisième protagoniste, un mineur, fait l'objet d'une autre procédure.

"On va vous brûler"

L'oncle comparaissait pour avoir donné des coups de poings et de pieds à trois pompiers alors qu'il était sous l'emprise de l'alcool. Des violences ayant entraîné respectivement un et sept jours d'interruption temporaire de travail. Le quadragénaire avait également donné des coups de pieds dans la porte du véhicule de secours des pompiers. Il a reconnu tous les faits qui lui sont reprochés. Il a déjà été condamné pour recel de bien après un vol, mais aussi pour conduite en état d'ivresse à plusieurs reprises.

Le neveu, a lui aussi reconnu les faits. Notamment les coups au visage, ainsi que la dégradation d'un véhicule Kangoo. Le jeune homme et son cousin auraient aussi lancé "Vous êtes morts. On va vous brûler" en direction des pompiers. Des menaces dont il dit ne pas avoir le moindre souvenir.

Une agression sous fond d'alcool

Dans la nuit de samedi à dimanche, le jeune homme de 21 ans est avec son cousin, mineur, lorsqu'ils ont un accident de moto. Les pompiers arrivent sur les lieux de la chute, mais les deux jeunes refusent de monter dans le camion de secours. "Ma grand-mère est morte il y a 5 ans, nous avions appelé les pompiers, mais ils ne sont jamais venus, alors pourquoi je monterais dans le camion ?" explique Thomas aux pompiers. 

Le ton commence à monter lorsque l'oncle du prévenu, alerté de l'accident, arrive sur les lieux de l'altercation. Mais le récit de l'homme de 46 ans reste flou. Il dit qu'il n'a aucun souvenir des événements : "J'étais à un anniversaire, j'avais bu plus que de raison et j'avais pris des médicaments" précise-t-il à la barre. 

Chasuble déchirée et coups au visage

Les versions diffèrent pour savoir qui a donné le premier coup, mais les pompiers racontent que c'est le mineur qui est d'abord allé au contact. S'en suivent des bousculades, des coups de poings et de pieds. Un pompier est même extrait du camion et projeté au sol, la chasuble déchirée. Les coups pleuvent alors qu'il est encore à terre. Des actes que nient en bloc les prévenus.

Face à ce déchaînement de violence, les soldats du feu décident de se replier et d'alerter les gendarmes vers 5h15 du matin. Les militaires interviennent ensuite pour interpeller les trois hommes.

Dans ses réquisitions, le parquet a demandé un an de prison dont six mois ferme avec mandat de dépôt et une mise à l'épreuve de 24 mois avec obligation de soins. Des réquisitions suivies par la juge. L'oncle et son neveu dorment depuis mercredi soir en prison.

Choix de la station

France Bleu