Faits divers – Justice

Saint-Malo : la mairie victime d'un piratage téléphonique à 80.000 euros

Par Camille Revel, France Bleu Armorique et France Bleu vendredi 11 novembre 2016 à 16:09

La mairie de Saint-Malo a été victime de "phreaking", du piratage de son standard téléphonique à distance
La mairie de Saint-Malo a été victime de "phreaking", du piratage de son standard téléphonique à distance © Maxppp - Thierry Gachon

Au printemps dernier, le standard téléphonique de la mairie de Saint-Malo, en Ille-et-Vilaine, a été piraté. Pendant plus de quatre jours, le ou les auteurs de l'arnaque ont passé des coups de fil à l'étranger aux frais de la Ville, pour un montant total de 80.000 euros. La mairie a déposé plainte.

L'affaire a été dévoilée ce jeudi soir, lors du conseil municipal de Saint-Malo, mais elle remonte au printemps dernier. L'opérateur téléphonique de la mairie signale cette facture pour le moins inhabituelle, à 5 chiffres. Pendant quatre jours, le ou les pirates ont pris à distance le contrôle du standard, s'offrant un tour du monde téléphonique aux frais de la Ville : avec des appels vers l'Afrique, surtout le Burkina Faso, ou bien l'Amérique Latine . Le coût de l'arnaque : 80.000 euros. Ce type de pratique s'appelle le "phreaking", et elle est souvent détectée seulement à réception de la facture.

Une fois prévenue, la mairie dépose plaint La Ville dépose ensuite plainte, une enquête est en cours. Elle contacte aussi son assureur, et prend les précautions nécessaires pour que de tels actes ne se reproduisent plus. Saint-Malo épluche aussi attentivement toute facture téléphonique, et a demandé des comptes au prestataire en charge de la maintenance du standard , face à l'insuffisance des "boucliers", les systèmes censés contrer ce type de piratage.

"Nous sommes stupéfaits, nous avons porté plainte" - Michèle Lombardie, première adjointe au maire de Saint-Malo

"On est stupéfaits, nous qui sommes extrêmement soucieux de toutes les dépenses, de devoir assumer une facture de ce montant-là", déplore Michèle Lombardie la première adjointe au maire de Saint-Malo , "c'est une charge que nous n'avions évidemment pas prévue, à laquelle nous allons pouvoir faire face. Nous allons voir ce que les assurances peuvent produire comme aide, le dossier est loin d'être clos".