Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Saint-Malo : pour rentrer en boîte de nuit, des mineurs louent la carte d'identité de jeunes majeurs

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu

Moyennant une somme allant de cinq à vingt euros, des mineurs louent la carte d'identité de jeunes majeurs pour rentrer en boîte de nuit à Saint-Malo. Un "phénomène d'ampleur" selon la police, qui s'inquiète des risques pris par ces mineurs.

Boîte de nuit - photo d'illustration
Boîte de nuit - photo d'illustration © Maxppp - Chris Huby/Le Pictorium

Saint-Malo, France

Des visages presque enfantins à l'entrée des boîtes de nuit, et dans leurs mains des cartes d'identité de personnes majeures. Des cartes récupérées via le réseau social Instagram, où sont postées des annonces de ce type : "Je suis brun, s'il y a une photo qui correspond je suis preneur". Un majeur, souvent du même lycée, rentre alors en contact avec le mineur de 15/16 ans et moyennant 5 à 20€, la carte d'identité est louée pour le week-end. Les photos datent souvent de plusieurs années, et rendent difficile l'identification du détenteur des papiers.

Dépassés, les patrons de discothèques ont alerté la police. Le commissaire de Saint-malo Guillaume Catherine rappelle le danger : "Ces jeunes s'exposent, en consommant de l'alcool, ils se retrouvent en situation de faiblesse. Si ces établissements sont interdits aux mineurs, ce n'est pas pour rien. C'est cette exposition au risque qui m'inquiète, mais surtout que quand on discute avec eux et qu'on les interroge sur ces pratiques ils nous répondent que tout le monde le fait." Des jeunes avides de franchir les interdits, qui deviennent des proies faciles pour des majeurs mal intentionnés.

La police a contacté les proviseurs des établissements scolaires concernés pour un rappel du danger de la pratique. Des rappels à la loi ont été signifiés à certains mineurs et majeurs coupables de ce trafic.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu