Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Saint-Malo : son fils de 15 ans est passé à tabac place de la gare, une mère de famille lance un appel

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu

Un adolescent de 15 ans a été violemment agressé sur le parvis de la gare de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) ce mardi 16 février par six autres jeunes. Sa mère lance un appel à témoins pour retrouver les agresseurs et sensibiliser au harcèlement scolaire.

La gare de Saint-Malo.
La gare de Saint-Malo. - Google Street View

"C'est une agression gratuite pour une broutille, je ne veux pas laisser passer." Nathalie est en colère. Cette mère de famille de Pleurtuit, près de Saint-Malo, veut comprendre ce qu'il s'est passé mardi 16 février en fin d'après-midi sur le parvis de la gare de Saint-Malo. Vers 16h50, Léo*, son fils de 15 ans, a été passé à tabac par un groupe de six individus alors qu'il s'apprêtait à aller prendre son car pour rejoindre sa maison.

Coups de poing et coups de pied à la tête

Quelques heures plus tôt, le jeune homme se trouvait dans le bureau du principal du collège Duguay-Trouin de Saint-Malo aux côtés d'un élève de sixième. "Cet enfant a fait un croche-pied à mon fils en sortant des toilettes. Il l'embête depuis quelques temps et ils ont donc été convoqués dans le bureau du directeur. Le garçon s'est excusé devant mon fils mais il aurait ensuite appelé son frère pour qu'il vienne lui régler son compte," raconte Nathalie.

Le frère aurait d'ailleurs été identifié par les caméras de surveillance et la police. "Mais bien sûr, il ne veut pas dire qui était avec lui." Entraîné à l'écart des caméras par l'un de ses agresseurs, Léo a finalement réussi à s'échapper pour monter dans son car. Le chauffeur a stoppé ses poursuivants. "Heureusement que ce monsieur était là," souffle Nathalie.

Hématome et contusions au visage

Son fils s'en sort avec trois jours d'arrêt de travail, un hématome sur la joue droite, des contusions à la mâchoire et des plaies à la bouche. "Il était tout gonflé." L'adolescent est aussi marqué psychologiquement. "Il n'a pas parlé pendant deux jours et maintenant il ne veut plus retourner à la gare. Il a une forme de traumatisme je pense."

Après avoir porté plainte, Nathalie est bien décidée à défendre les intérêts de son fils. "Il y avait beaucoup de monde sur la place au moment de l'agression. Si des gens ont vu quelque chose ou peuvent identifier les agresseurs il faut qu'ils appellent la police nationale. On ne peut pas laisser passer ce genre d'agression. Je le fais pour mon fils et pour les autres. Ça peut arriver à tout le monde." 

* le prénom a été modifié

Choix de la station

À venir dansDanssecondess