Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Saint-Marcel-lès-Valence : il menace des employés d'un bar avec une arme en plastique, le GIGN intervient

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu

Le GIGN est intervenu dans la nuit de lundi à mardi à Saint-Marcel-lès-Valence (Drôme). Les gendarmes pensaient avoir affaire à un homme armé, retranché dans une brasserie. En réalité, l'arme était factice et l'homme n'était déjà plus sur les lieux. Il comparaissait ce vendredi devant le tribunal.

Le GIGN d'Orange (archive)
Le GIGN d'Orange (archive) © Radio France - Ludovic Labastrou

Le forcené de Saint-Marcel-lès-Valence n'en était pas un. L'homme qui s'en était pris à deux employés d'une brasserie dans la nuit de lundi à mardi était jugé vendredi par le tribunal correctionnel de Valence. Les gendarmes avaient cru à une scène comme celle de Saint-Just dans le Puy-de-Dôme où un forcené avait pris sa compagne en otage avec une arme. Il s'était retranché sur le toit avant d'abattre trois militaires. Cette fois-ci, le GIGN est intervenu rapidement, sauf que cet homme n'était pas du tout retranché.

Un pistolet en plastique

Devant le tribunal correctionnel, l'ancien militaire de 40 ans explique qu'il s'était rendu dans cette brasserie de Saint-Marcel-lès-Valence afin de réclamer de l'argent que lui devait le gérant de l'établissement. Il ne trouve sur place que le cuisinier et la compagne du gérant. Il en vient aux mains avec l'homme puis menace la femme, une arme à la main. L'un des employés appelle les gendarmes, qui se rendent sur place. Après avoir brisé son arme, qui était en réalité en plastique, sur une table, l'homme décide de s'en aller.

À la barre, le prévenu raconte qu'il a croisé les gendarmes en sortant du bar, qu'ils l'ont vu, mais qu'ils ne lui ont pas adressé la parole. Une fois chez lui, il décide d'appeler le cuisinier qu'il a frappé pour s'excuser. Celui-ci l'informe alors de la présence du GIGN devant la brasserie. L'homme décide donc de revenir sur les lieux pour se rendre. Il reconnaît s'être emporté, et ne pensait pas que l'affaire prendrait de telles proportions. Le tribunal l'a condamné à douze mois de prison avec sursis et interdiction de posséder une arme pendant cinq ans.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess