Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Saint-Marien : un ancien adjoint au maire condamné pour de multiples tentatives d'agressions sexuelles

-
Par , , France Bleu Creuse, France Bleu

Le tribunal correctionnel de Guéret a condamné ce jeudi 3 septembre un ancien élu de Saint-Marien à huit mois de prison avec sursis. Il a commis de multiples tentatives d'agressions sexuelles entre 2014 et 2018, notamment sur deux agents de la mairie.

Tribunal de Guéret (Creuse) le 06 novembre 2019.
Tribunal de Guéret (Creuse) le 06 novembre 2019. © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

Un ex-adjoint au maire de Saint-Marien, a été condamné à huit mois de prison avec sursis, ce jeudi 3 septembre, pour de multiples tentatives d'agressions sexuelles. De 2014 à 2018, il a profité en partie de son statut pour s'en prendre à trois femmes, dont deux agents de la mairie. Les victimes sont une cantinière, une secrétaire de mairie, ainsi qu'une infirmière.

Une cantinière, harcelée et agressée pendant quatre ans

Pendant quatre ans, la jeune cantinière a subi des bises appuyées à répétition, jusqu'au baiser sur la bouche. Il tente des caresses sur les fesses et les seins. Les premiers temps, la jeune femme a passé ces actes sous silence, incapable de se défendre. Selon son avocat, l'ex-adjoint aurait abusé de sa fonction, lui rappelant qu'elle était arrivée à son poste grâce à lui. 

La plainte de la secrétaire de mairie brise le silence

C'est finalement en 2018 que les agissements de cet homme éclatent au grand jour. La secrétaire de mairie décide de porter plainte après une suite d'événements : lors d'un aparté, cet élu lui a caressé le dos. Elle le repousse et l'élu finit par partir. Mais le lendemain, il recommence, il la pousse et demande qu'elle l'embrasse. Elle met un terme à cette scène avec une claque. 

L'homme, au casier judiciaire vierge a reconnu la plupart des faits. Il parle en revanche de dérapages et minimise la portée de ses actions : "ça va je ne les ai pas violées" a-t-il affirmé à l’époque au maire de la commune. Au sujet de la jeune cantinière, il s'est justifié auprès des policiers en évoquant une "relation amoureuse". Une expertise psychiatrique avait révélé une frustration sexuelle chez l'élu.

Inéligibilité de 5 ans 

A l'audience, le procureur de la République dénonce des actes réalisés sous la contrainte et la surprise. L'avocat des deux victimes, lui, déplore un procès faisant écho à une triste actualité, les violences faites aux femmes dénoncées depuis l'affaire Weinstein, avant de s'attaquer au statut de cet ex-adjoint. 

"Cette attitude est très éloignée du devoir d'exemplarité d'un élu" a conclu l'avocat des deux victimes. Le tribunal a donc condamné l'homme à une condamnation de huit mois de prison avec sursis. Il a aussi écopé d'une inéligibilité de cinq ans. Son nom sera également inscrit au fichier des auteurs d’infractions sexuelles ou violentes.

Les trois victimes ont également reçu des dommages et intérêts au vu des conséquences psychologiques liées à l'affaire : 4.000 euros pour la cantinière, 2.000 pour la secrétaire de mairie et 700 euros pour l'infirmière. L'homme âgé de 67 ans n'était pas présent ce jeudi devant le tribunal correctionnel, il a délivré un certificat de santé. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess