Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Saint-Martin-de-Ré : un concours d'éloquence en prison entre détenus et étudiants

-
Par , France Bleu La Rochelle

une dizaine de détenus de la centrale pénitentiaire de Sainte-martin-de-Ré, viennent de participer à un concours d'éloquence, avec des étudiants en droit rochelais.

centrale pénitentiaire de sainte-martin-de-Ré
centrale pénitentiaire de sainte-martin-de-Ré © Radio France - Catherine Berchadsky

Ce jeudi là, une dizaine de détenus et une dizaine d'étudiants en droit de l'Université de la Rochelle participent à un concours d'éloquence, dans les locaux de la centrale pénitentiaire de Saint-martin-de-Ré. C'est une première dans l'établissement à l'initiative des professeurs qui enseignent dans l' établissement, en partenariat avec l' association"la Société Rochelaise du Droit". Pendant près de deux heures des équipes mixtes, détenus/étudiants, se sont affrontées dans des joutes verbales de hautes volées.

Les étudiants rochelais et Florence Brin  une des senseignantes qui encadre les ateliers  - Radio France
Les étudiants rochelais et Florence Brin une des senseignantes qui encadre les ateliers © Radio France - Catherine Berchadsky

Détenus et étudiants ont constitué des équipes mixtes

La règle du jeu est simple  "il y aura deux équipes et 7 sujets à défendre. Une équipe défendra systématiquement le"oui" une autre systématiquement  le"non", explique Florence Brin, professeur de français et langues étrangères à la centrale pénitentiaire. C'est elle qui porte le projet avec les autres enseignants qui travaillent dans l'établissement. Ce sont leurs élèves qui participent au concours. Au total 180 détenus environ sont scolarisés à la centrale du niveau zéro jusqu'à la licence. Pendant près d'un mois les étudiants de l'université de la Rochelle sont venus répéter dans les locaux de la centrale,  avec les détenus. Ils ont participé ensemble à trois ateliers préparatoires au concours d'éloquence."ça nous change le quotidien, ça nous permet de trouver un chemin vers la Réinsertion , et ça nous permet d'être proche du public , proche des gens pour que plus tard quand on sortira on ne soit pas perdus".

Mathilde une des étudiantes - Radio France
Mathilde une des étudiantes © Radio France - Catherine Berchadsky

Des mots plutôt que des coups  

Billy 40 ans est en licence de droit, à la tribune, il vient répondre à cette question : "peut-on être trop libre de s'exprimer ?" il est dans le camps de ceux qui défendent le non, et tel un tribun il déroule sa plaidoirie comme un avocat de métier. Billy sait qu'il ne pourra jamais porter la robe, mais il veut mettre à profit son séjour en détention pour parfaire sa connaissance du droit "on est régie par la loi, et on est censé connaître la loi" dit-il. Ce concours d'éloquence c'est aussi pour lui une occasion de s'exprimer "parfois malheureusement ont doit se faire comprendre en criant , en étant violent, et cette activité nous permet d'extérioriser un peu nos ressentis, comment canaliser nos émotions, convaincre avec les mots, ça nous montre qu'on a d'autres outils." 

Le tribunal de grande instance de Saintes - Radio France
Le tribunal de grande instance de Saintes © Radio France - Jules de Kiss

"j'étais vraiment très  intriguée" 

Pour les étudiants de l'association" la Société Rochelaise du Droit", qui se sont prêtés au jeu, c'est un premier pas dans l'univers carcéral, pour Lucie c'est une expérience très enrichissante "j'étais vraiment très intriguée , on arrive avec des appréhensions mais elles sont vite balayées, parce qu'une fois qu'on rencontre _les détenus_, qu'on leur a serré la main , on a l'impression d'être face à des personnes qu'on pourrait croiser dans la rue."

les détenus meilleurs orateurs que les étudiants

Même le jury composé de trois personnes extérieures à l'établissement est bluffé. Jacques Bouineau maîtrise pourtant parfaitement l'art oratoire, lui qui est enseignant de droit à l'université de la Rochelle. Ce n'est pas la première fois q'il intervient à la centrale pénitentiaire de Saint-Martin-de-ré, mais une fois de plus il retrouve cette grande implication humaine "c'est très spontané, c'est vécu , ils ont réellement dit ce qu'ils avaient au fond des tripes et on sent curieusement que les prisonniers sont plus libres que les étudiants qui sont plus corsetés dans leur présentation qui est scolaire, très académique" conclut le prof de droit.

Leur redonner confiance

Pour Murielle Jacques , responsable locale de l'enseignement et professeur des écoles, ce concours permet de remettre de la confiance "c'est notre mission première d'enseignant, _redonner confiance à ces détenus qui arrivent en considérant qu'ils sont bons à rien_, et on a des progrès qui sont phénoménaux".
Même enthousiasme chez Florence Brin professeur de français et langues étrangères, qui conduit les ateliers de théâtre et d'écriture "je sais que du coté des personnes détenues c'est toujours un grand plaisir d'accueillir des gens de partager avec eux et d'échanger, et le plus souvent les personnes extérieures ressortent enrichies et ravies de ce qui a pu se passer en détention".

Reportage à la centrale pénitentiaire de Saint-Martin-de-Ré

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu