Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 78 départements désormais en vigilance orange
Faits divers – Justice

Saint-Maur : un détenu brûle gravement un surveillant pénitentiaire au visage avec de l'eau bouillante

-
Par , France Bleu Berry

Un détenu de la prison de Saint-Maur a jeté une casserole d'eau bouillante au visage d'un surveillant ce samedi 23 février, vers 7 heures. Le surveillant a été transporté aux urgences de Châteauroux et il doit se rendre au Centre des Brûlés de Tours lundi prochain.

Huit jours d'ITT ont été attribués à ce surveillant, gravement brûlé ce samedi 23 février à la prison de Saint-Maur.
Huit jours d'ITT ont été attribués à ce surveillant, gravement brûlé ce samedi 23 février à la prison de Saint-Maur. - Capture d'écran Google Maps

Saint-Maur, France

Un surveillant a été agressé par un détenu ce samedi 23 février, à la Maison Centrale de Saint-Maur. Le détenu l'a blessé en lui jetant de l'eau bouillante au visage. 

Ce samedi matin, vers 7 heures, les surveillants passent contrôler les détenus du quartier d'isolement. Ils sont trois à l'ouverture de chaque cellule. Au moment où ils ouvrent la porte d'une cellule, un détenu jette une casserole d'eau bouillante sur le surveillant qui est en première ligne. 

De graves brûlures au visage et au niveau des épaules

Selon le syndicat Force Ouvrière pénitentiaire, ce surveillant de 38 ans a été gravement brûlé au visage et au niveau des épaules. Il a été rapidement transporté aux urgences de Châteauroux et huit jours d'ITT lui ont été attribués. Ce lundi 25 février, il doit se rendre au Centre des Brûlés de Tours pour rencontrer un spécialiste

Ce détenu aurait déjà agressé des surveillants par le passé. "S'il est dans un quartier d'isolement, il ne doit pas avoir de plaque chauffante et on évitera des agressions comme celle-ci. Les détenus qui sont détectés dangereux, il faut mettre en place tout ce qui est possible pour qu'ils ne puissent pas récidiver mais _on ne nous donne pas les moyens pour_", explique Frédéric Stoll, délégué régional Force Ouvrière pénitentiaire.