Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 13 blessés

Faits divers – Justice

Saint-Nazaire : 6 mois de prison ferme pour l'agresseur au couteau de la place de l'Amérique Latine

mercredi 6 juin 2018 à 20:13 Par Anne Patinec, France Bleu Loire Océan

L'auteur de coups de couteau lors d'une rixe entre migrants samedi dernier sur la place de l'Amérique Latine à Saint-Nazaire a été condamné à six mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de la ville. Il était jugé en comparution immédiate. Il nie être l'auteur des coups de couteau.

Face à la base sous-marine, le trafic de stupéfiants s'est développé sur la place de l'Amérique Latine
Face à la base sous-marine, le trafic de stupéfiants s'est développé sur la place de l'Amérique Latine © Radio France - Anne Patinec

Saint-Nazaire, France

La rixe, samedi dernier vers 18 heures, place de l'Amérique Latine, a créé beaucoup d'émoi dans la ville de Saint-Nazaire car elle s'est déroulée devant de nombreuses familles face à la base sous-marine. Des spectateurs qui ont vu les coups pleuvoir et les couteaux voler. 

6 mois de prison ferme

Interpellé lundi, un Marocain sans papier a été jugé ce mercredi en comparution immédiate. Il s'était présenté comme un mineur étranger mais un examen osseux a permis d'établir qu'il est âgé "entre 18 et 35 ans". Le prévenu reconnaît avoir participé à la bagarre mais répète via un interprète "qu'il n'a jamais eu de couteau mais seulement un bâton". Il se serait battu avec d'autres migrants parce "qu'ils l'avaient agressé la veille et avaient mis le feu à son squat". Il conteste être l'auteur des quatre coups de couteau à la cuisse d'un mineur, qui ont nécessité 17 points de suture. Les images-vidéo confirment qu'il était bien présent mais ne permettent pas de l'identifier lorsque la victime est frappée. Le tribunal le condamne à 6 mois d'emprisonnement ; il est incarcéré.

Insécurité croissante

Depuis 18 mois, le trafic de stupéfiants s'est développé sur cette place que de nombreuses personnes traversent quotidiennement, soit pour faire leurs courses, soit pour passer du centre-ville vers le port. Régulièrement, les passants sont apostrophés, invectivés. Des bagarres éclatent parfois mais n'ont jamais atteint la violence du week-end dernier. L'adjoint au maire en charge de la tranquillité publique, Xavier Perrin a écrit au commissaire, à la Procureure de la République et à la Sous-Préfète pour demander "à l'Etat de jouer son rôle". Il estime que la ville a fait beaucoup d'efforts en créant une police municipale et en investissant dans des caméras de surveillance.

En trois mois, la police a effectué 55 contrôles sur la place et interpellé dix personnes. Mais on ne peut pas faire des contrôles n'importe quand et n'importe comment. Etre oisif n'est pas un délit" Franck Perrault, commissaire divisionnaire

Autre difficulté pour les policiers :les jeunes qui occupent la place se présentent souvent comme des mineurs étrangers. Les enquêteurs perdent beaucoup de temps et éprouvent des difficultés à prouver qu'ils sont majeurs.