Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Saint-Nazaire : prison ferme pour les dealers du centre-ville

-
Par , France Bleu Loire Océan
Saint-Nazaire, France

Ils étaient jugés pour avoir vendu du cannabis et de la cocaïne en plein centre-ville de Saint-Nazaire, au niveau d'une aire de jeux pour enfants. Quatre hommes, âgés de 20 à 30 ans, ont été condamnés ce lundi par le tribunal correctionnel à des peines allant de 10 mois à 33 mois d'emprisonnement.

Les quatre prévenus restent en prison
Les quatre prévenus restent en prison © Radio France - Anne Patinec

A de nombreuses reprises, des commerçants du centre-ville se sont plaint de la présence de trafiquants au niveau de la place des droits de l'Homme, à proximité de l'aire de jeux pour enfants et son dragon. Cela a donné lieu à une enquête de la police qui a conduit à l'interpellation des quatre hommes, âgés de 20 à 30 ans. Interpellés le 20 décembre, ils sont détenus depuis et étaient jugés ce lundi dans le cadre d'un renvoi de comparution immédiate. 

La drogue était cachée dans les guirlandes de Noël

Pendant un mois, les policiers ont multiplié les opérations de surveillance autour de la place des droits de l'Homme, essentiellement en début de soirée et durant la nuit. A de nombreuses reprises, les enquêteurs ont vu des hommes remettre des sachets contentant du cannabis et parfois de la cocaïne à différents clients en échange de billets. Ils les ont aussi observés en train de récupérer leur marchandise dans des guirlandes de Noël aux alentours de la place. Ils ont pris des séries de photos, ce qui a permis d'identifier les quatre suspects. Pour le procureur, "il s'agit d'une enquête bien ficelée; le nombre considérable de transactions en plein centre-ville sur une aire de jeux rend ce dossier important". 

Les avocats de la défense eux estiment que la plupart des clichés ne prouvent pas le trafic, que le dossier a été bouclé trop rapidement. Et qu'il suffit de retourner sur la place des droits de l'Homme pour constater qu'il y a toujours des trafiquants.  

Tous restent en détention

Seul un Somalien, demandeur d'asile et âgé de 30 ans, reconnaît les faits; par la voix de sa traductrice, il explique qu'il est arrivé en France il y a trois ans, qu'il n'a pas d'argent et comme il a faim, il accepte de servir d'intermédiaire, de remettre des sachets à des clients en échange d'un sandwich ou d'un billet de la part des trois autres prévenus. Il envoie de l'argent à sa famille rester en Somalie. Il s'excuse à plusieurs reprises, dit regretter ce qu'il a fait et avoir peur des représailles. C'est lui qui a donné les noms aux enquêteurs et expliqué le rôle des uns et des autres. 

Les trois autres minimisent voire contestent leur implication. L'un d'eux rejette tout en bloc même quand on le reconnaît sur une photo. Pour le procureur, pas d'hésitation, tous sont bien impliqués dans le trafic. Le tribunal va dans le même sens. Il prononce des peines allant de 10 mois d'emprisonnement à 33 mois pour celui qui a déjà onze condamnations à son casier judiciaire. Ils sont maintenus en détention. Le Somalien est par ailleurs interdit de séjourner sur le territoire français pendant cinq ans. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu