Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Saint-Nazaire : un policier poursuivi pour "violence aggravée et faux en écriture" fixé sur son sort ce mardi

-
Par , France Bleu Loire Océan

Le tribunal correctionnel de Saint-Nazaire doit rendre son jugement ce mardi concernant un policier de la ville poursuivi pour "violence aggravée et faux en écriture". Le 27 avril, lors de l'audience, la procureure a requis une peine de six mois d'emprisonnement avec sursis probatoire.

La procureure a requis une peine de 6 mois d'emprisonnement avec sursis
La procureure a requis une peine de 6 mois d'emprisonnement avec sursis © Radio France - Anne Patinec

Les faits examinés par le tribunal correctionnel de Saint-Nazaire le 27 avril remontent à l'été 2019.  Ce soir du 29 août , dans un rue piétonne du centre-ville de Saint-Nazaire, un scooter qui roule à faible allure en sens interdit et une voiture de police arrivant en face se percutent. Le deux roues tombe. Son conducteur, un  syrien de 27 ans, court vers le véhicule pour faire un constat; il tape sur la vitre pour qu'ils s'arrêtent. Le ton monte. Le jeune homme explique _"avoir été forcé à monter dans la voiture sous la menace d'un taser, braqué au niveau du front_"; il raconte sa peur, dit "avoir reçu deux coups de poing lors du trajet jusqu'au commissariat". "Il vient de Syrie où l'armée emmène des gens. Il ne pensait pas vivre ce moment d'insécurité" relate son défenseur, Me Mathieu Herla.

Pas de faute commise selon le policier

Le policier, un gardien de la paix de 45 ans, qui dans un premier temps avait reconnu un "comportement inadapté et agressif", estime à l'audience "qu'il n'a pas commis de faute" et évoque la légitime défense. Il dit ne pas avoir donné de coups de poing "mais l'avoir seulement repoussé avec le plat de la main". Six témoins sont venus le soutenir devant le tribunal et parlent d' "un policier sérieux, solide". Son avocat  Me Augustin Moulinas plaide la relaxe pour "un héros des temps moderne". 

Six mois de prison avec sursis requis

En revanche, pour la procureure de la République Sylvie Canovas, la main courante rédigée par le gardien de la paix évoquant la violence du suspect est une "trahison" car elle est en totale contradiction avec les vidéos recueillies. Les images de vidéo-protection montrent que c'est le véhicule de police qui a fait un écart volontaire vers le scooter. Et dans une vidéo tournée par le jeune Syrien sur son téléphone,on l'entend s'excuser à plusieurs reprises. Elle requiert une peine de six mois d'emprisonnement assortie d'un sursis probatoire. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess