Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

A Saint-Ouen, Bernard Cazeneuve vante les mérites de son plan anti-drogue

vendredi 6 novembre 2015 à 19:26 Par Rémi Brancato, France Bleu Paris et France Bleu

Il y a 6 mois, le ministre de l'Intérieur avait annoncé un plan de lutte anti-drogue à Saint-Ouen, après une série de 6 fusillades entre fin mars et début mai. Ce vendredi, Bernard Cazeneuve est venu au commissariat dresser un bilan de cette lutte contre les "zones de non droit".

Bernard Cazeneuve en visite au commissariat de Saint-Ouen (93)
Bernard Cazeneuve en visite au commissariat de Saint-Ouen (93) © Radio France - Rémi Brancato

Saint-Ouen, France

"Les résultats sont là". Devant les policiers de Saint-Ouen, Bernard Cazeneuve défend les résultats de son plan de lutte anti-drogue, annoncé au mois de mai. 50 CRS ont été déployés dans la ville pour appuyer les policiers. 

Selon lui, 1316 personnes ont été interpellées depuis 6 mois et 30 écroués. Parmi les personnes arrêtées, 94 étaient des vendeurs, 29 des guetteurs et 3 des livreurs. Les policiers, accompagnés des agents des douanes, s'en prennent autant aux trafiquants qu'aux consommateurs avec des "transactions douanières", des amendes, pour les "frapper au portefeuille", selon les mots du ministre. Et enfin, les balles se sont tues à Saint-Ouen :

Depuis la mise en place du dispositif, aucun coup de feu ni blessé par balle n'a été déploré"

Le discours est optimiste, même si le ministre reconnaît que le travail est long:

On n'éradique pas des trafics de drogue enkystés dans les quartiers depuis des décennies en un tour de main"

Le ministre de l'Intérieur défend le bilan de son plan anti drogue à Saint-Ouen

Sur ce constat, les représentants des policiers sont d'accord. Erwan Guermeur qui est représentant du syndicat SGP Unité police estime que la présence policière sert surtout à rassurer les habitants. Elle ne permet pas de lutter efficacement contre les têtes de réseau, selon lui :

Un fourgon de CRS, vous le mettez sur un point de deal, le point de deal se déplace mais dès que le fourgon est parti, il se remet en place"

Erwan Guermeur, du syndicat SGP Unité Police

Des dealers à 100 mètres d'une école 

D'ailleurs, en plein centre ville de Saint-Ouen, les parents d'élève de l'école Bachelet s'inquiètent. Ils dénoncent un trafic de drogue toujours présent au bout de la rue. Enora Postec, qui est membre de l'association indépendante des parents d'élèves, est venue interpeller le minstre de l'Intérieur ce vendredi :

On demande non pas des moyens supplémentaires mais à ce qu'on poste vraiment le trafic, à quelques mètres de l'école"

Le maire de Saint-Ouen, William Delannoy, comprend l'impatience des patients. "Les enquêtes sont longues" dit-il. Mais il se  dit satisfait du discours de Bernard Cazeneuve : "j'ai été content d'entendre le ministre dire que la loi de la République doit s'appliquer en Seine-Saint-Denis comme elle s'applique dans le 16ème arrondissement de Paris".

Rémi Brancato s'est rendu devant cette école Bachelet, à Saint-Ouen