Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Saint-Sylvestre-Pragoulin : la propriétaire du Poney Club de Champlong en guerre contre l'opérateur Orange

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

A Saint-Sylvestre-Pragoulin, commune limitrophe du Puy-de-Dôme et de l'Allier, l'opérateur Orange installe une nouvelle antenne téléphonique à 120 mètres du Poney Club de Champlong. La propriétaire du centre équestre tente de freiner la construction du pylône avec plusieurs arguments juridiques.

Quelques élèves du Poney Club de Champlong lors d'un cours d'équitation.
Quelques élèves du Poney Club de Champlong lors d'un cours d'équitation. - © Eve Mabru

S'installer à la campagne pour fuir les nuisances citadines. C'est avec ce projet de vie qu'Eve Mabru quitte Clermont-Ferrand en 2010 pour Saint-Sylvestre-Pragoulin, commune située à la frontière du Puy-de-Dôme et de l'Allier. Un petit coin de paradis vert où Eve et sa compagne font construire le Poney Club de Champlong, en mettant un point d'honneur à utiliser des matériaux respectueux de cet environnement répertorié "Zone naturelle D". Selon l'article R*123-18 du Code de l’urbanisme, la propriété fait en effet partie d'un espace "à protéger en raison (...) de la qualité des sites, des milieux naturels, des paysages et de leur intérêt, notamment du point de vue esthétique, historique ou écologique”.

Le désenchantement

Mais le rêve champêtre ne dure qu'un temps. En 2019, Orange sillonne les routes de Saint-Sylvestre-Pragoulin à la recherche d'un endroit où bâtir un nouveau pylône électrique. L'objectif : respecter son "engagement très fort à couvrir en 4G l’ensemble du territoire, en particulier pour donner accès au très haut débit à une très grande majorité de français", explique Nathalie Dumontet-Coste, attachée de presse de l’opérateur. La décision est prise : le poteau sortira de terre à 120 mètres du Poney Club. 

Pourtant, la couverture ici "est déjà très bonne", argumente Eve Mabru, pointant du doigts les quatre barres de réseau de son smartphone. Outre les habitants des hameaux alentours, c’est surtout l’axe TER Clermont-Vichy qu’Orange souhaite abonder. "23 000 km du réseau ferré régional seront couverts à 90% d’ici fin 2025 (…) pour respecter les obligations imposées par l’Autorité de régulation des communications électroniques et des Postes", précise Nathalie Dumontet-Coste.

Bataille juridique

A la découverte du projet, Ève Mabru, se documente. "L’OMS a déclaré que les ondes étaient probablement cancérogènes. En outre, plus le cerveau est petit, plus elles sont néfastes". La propriétaire du centre équestre s'alarme à l’idée que ses trois enfants - âgés de 8 ans, 5 ans et 10 mois - comme les élèves du Poney Club - environ une centaine - ne soient impactés par la proximité du nouveau pylône. 

"Sans soutien de la part du maire de la commune" - qui n’a pas souhaité répondre aux questions de France Bleu Pays d’Auvergne - et "plusieurs tentatives de démarche amiable", Ève décide de faire appel à une avocate. C’est ainsi qu’elle découvre le Code des postes et télécommunications électroniques. Selon l’article D98-6-1, les opérateurs doivent faire en sorte d'être plusieurs à utiliser les mêmes sites, les mêmes pylônes électriques. "A l’endroit même où Orange construit le sien, il existe déjà une antenne SNCF. Et si celle-ci ne leur convient pas, dans un secteur de 10 km autour de la maison, on en compte 10 autres !".

A cela, Orange répond respecter "la réglementation en vigueur pour les implantations d’antenne (…) déployées conformément à la loi ELAN". Problème : cette date de 2020, la saisie du Tribunal administratif, du mois de mai 2019. Selon Nathalie Dumontet-Coste, l’opérateur a "travaillé sur trois emplacements possibles" avant de retenir ce dernier "qui remplit les meilleurs critères : emplacement, hauteur, coût, conditions du bail".

Un combat vain 

Après trois ans de bataille juridique, la dalle de béton devant accueillir le pylône Orange vient d’être coulée. 

Eve Mabru est las : "On vient de déverser ce très gros polluants sur environ neuf mètres cube, au beau milieu d’une zone protégée, également zone de captation des eaux de Saint-Yorre, à 120 mètres d'un centre fréquentés par une centaine de gosses et tout le monde s’en fout royalement." 

Partageant son désarrois, une centaine de parents de jeunes cavaliers ont signé la pétition que la propriétaire du Club de Champlong a fait circuler aux prémices de cette lutte contre les ondes. Aucune audience n'est prévue pour le moment.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess