Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Sainte-Rita : non, on ne détruit pas une église catholique

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu
15e Arrondissement, Paris, France

Les CRS ont évacué ce mercredi l'église Sainte-Rita, occupée par un groupe de catholiques pour empêcher sa démolition. La droite et l'extrême-droite s'indignent de la destruction d'une église française. Mais Sainte-Rita n'est en fait pas plus catholique que l'immeuble d'à côté.

L'église Sainte-Rita évacuée mercredi matin
L'église Sainte-Rita évacuée mercredi matin © Maxppp -

C'est Frédérique Lefebvre qui a lancé le premier message d'indignation mercredi matin. Le député LR en appelle même au Pape pour sauver l'Eglise Sainte-Rita de la destruction, et n'hésite pas à critiquer l'intervention ce jour de la police "en pleine messe", pour évacuer les militants qui s'opposent à sa démolition.

Toute la journée, la droite et l'extrême-droite se sont donc emparés de l'affaire, comme Marine Le Pen, sur son compte twitter :

Et le député LR Eric Ciotti en profite pour tacler le gouvernement, en dénonçant notamment "l'usage de la force" par les policiers.

Une église jamais reconnue par Rome

Et pourtant, Sainte-Rita n'est pas une église catholique ! Construite en 1900, elle n'a jamais été consacrée ni reconnue par Rome. Elle appartient à "l'Association des chapelles catholiques et apostoliques" et servait jusqu'à 2010 à une communauté gallicane.

On y célébrait des messes en dehors de tous les clous, avec notamment des bénédictions d'animaux, des hommages à Michael Jackson, ou encore des messes de motards, célébrées par un archevêque autoproclamé et donc jamais rattaché à l'Eglise catholique, Monseigneur Philippe. Rien à voir, donc, avec la culture catholique française défendue par Marine Le Pen.

La bénédiction d'animaux par Mgr Dominique Philippe dans l'église Sainte-Rita
La bénédiction d'animaux par Mgr Dominique Philippe dans l'église Sainte-Rita © AFP - Franck FIFE

Parking et logements sociaux

"Faute de fidèles, l'association a décidé de mettre l'église en vente" raconte le père Eric Dumoulin-Beaufort, un prêtre du diocèse de Paris. En 2010, la commission du vieux Paris autorise sa démolition,  et un projet prévoit la construction d'un parking et de logements sociaux.

Mais c'était sans compter sur ce groupe de traditionalistes catholiques, qui s'empare de l'église et l'occupe pour empêcher sa destruction. Un groupe mené par l'Abbé Guillaume de Tanoüarn, figure emblématique des intégristes catholiques, issu de la fraternité Saint-Pie X, mais également figure de l'extrême-droite maurrassienne et de l'Action Française.

"L'Abbé de Tarnoüarn n'a pas de mission, précise le Père Eric Dumoulin-Beaufort, même s'il a réintégré l'Eglise de Rome depuis 2006. Ces messes, il les célèbre de son propre chef. Mais même si cette église n'est pas reconnue, beaucoup de fidèles du quartier y sont venus, ont prié, et se sont attachés à l'édifice." ajoute-t-il.

"Beaucoup d'entre eux font partie de l'Action française" décrit Frigide Barjot, présente lors de l'évacuation, aux côtés de Frédérique Lefebvre et du maire du XVe arrondissement, Philippe Goujon.

Les défenseurs de l'église annoncent qu'ils se réuniront à nouveau dimanche, devant Sainte-Rita, pour célébrer une messe dans la rue, en signe de protestation.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu