Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

À Saintes, le procès du meurtrier de la jeune Alexia s'est ouvert à huis clos

lundi 25 mars 2019 à 16:18 Par Julien Fleury et Thibault Lecoq, France Bleu La Rochelle et France Bleu

Un jeune homme de 19 ans comparaît depuis lundi matin devant la cour d'assises à Saintes, pour le meurtre d'Alexia Silva Costa Renaud, il y a trois ans à Saint-Trojan sur l'île d'Oléron. Un procès qui se tient à huis clos, l'accusé étant mineur au moment des faits.

La mère d'Alexia Christelle De Hert-Renaud espère croiser le regard de l'accusé pour lui faire passer sa "tristesse" et son "incompréhension.
La mère d'Alexia Christelle De Hert-Renaud espère croiser le regard de l'accusé pour lui faire passer sa "tristesse" et son "incompréhension. © Maxppp - Laurent Jahier

Saintes, France

"C'est encore plus violent que ce que je pensais". C'est une épreuve qui a débuté lundi matin pour l'Oléronnaise Christelle de Hert-Renaud, avec l'ouverture du procès du meurtrier présumé de sa fille Alexia, devant les Assises de la Charente-Maritime. Un procès qui se tient à huis-clos, une publicité restreinte prévue par la loi car l'accusé était mineur au moment des faits. 

"Je m'y attendais, c'est comme ça" soupire Christelle De Hert-Renaud, qui aurait pourtant préféré une audience publique. "Pour elle, c'est une mesure de protection de l'accusé", décrypte l'avocate de la maman, Nathalie Arnoult.

Les faits remontent à trois ans, dans l'enceinte du Cepmo, le lycée expérimental de Saint-Trojan, sur l'île d'Oléron. L'accusé aurait tué Alexia, une camarade de classe, dans un "accès de violence" parce qu'elle refusait ses avances. Le corps de l'adolescente n'avait été retrouvé qu'un mois plus tard, dans une partie boisée du parc du lycée. Quant au meurtrier présumé, il avait été confondu encore deux mois plus tard. Mais il avait avoué dès le début de sa garde à vue.

La "publicité restreinte" des débats est prévue par la loi pour les accusés mineurs au moment des faits. - Radio France
La "publicité restreinte" des débats est prévue par la loi pour les accusés mineurs au moment des faits. © Radio France - Thibault Lecoq

Capter le regard de l'accusé

Durant les premières heures de l'audience prévue pour durer trois jours, la mère d'Alexia Christelle De Hert-Renaud explique avoir cherché en vain le regard de l'accusé. "Je voudrais lui transmettre ma désolation, ma tristesse d'avoir perdu mon petit ange, explique la maman d'Alexia, la voix enrouée par les larmes. Et aussi mon incompréhension : je n'arrive pas à comprendre que si jeune, on en arrive à faire des choses aussi cruelles."