Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Saintes : un homme placé en garde à vue suite à la manifestation

-
Par , France Bleu La Rochelle

Un homme a été arrêté vers midi suite à la manifestation contre la réforme des retraites à Saintes, ce vendredi. En cause, une altercation avec les policiers au niveau du lycée Bellevue où les manifestants se sont introduits dans l'après-midi. Il devrait rester en garde à vue ce soir.

L'homme devrait passer la nuit en garde à vue selon le procureur de Saintes.
L'homme devrait passer la nuit en garde à vue selon le procureur de Saintes. © Radio France - Adèle Bossard

Le témoin qui a assisté à la scène parle d'une petite bousculade non-violente et qui n'a duré que quelques secondes, le procureur parle de plusieurs coups de poing sur les avant-bras de quatre policiers. Lors de la mobilisation à Saintes contre le projet de loi sur les retraites, une centaine de manifestants ont pénétré dans l'enceinte du lycée Bellevue.

C'est interdit et les policiers étaient présents pour les en empêcher. Sauf que lors d'une altercation entre les forces de l'ordre et un manifestant, ce dernier s'est débattu énergiquement pour se libérer de leur emprise. Les policiers font état de coups alors que les témoins parlent d'une légère agitation.

Interpellé car il refuse le contrôle d'identité

Seulement, un peu plus tard, l'homme fait l'objet d'un contrôle d'identité à quelques encablures de là. Il refuse de s'y soumettre et est plaqué puis interpellé. " Le tout devant sa femme et sa fille de 14 ans ", ajoute un témoin.

Il a été placé en garde à vue alors qu'une délégation, composée de quelques manifestants, a été reçue dans l'après-midi pour discuter de ce cas. Une enquête a été ouverte pour violence, outrage et rébellion.

Il sera jugé le 25 février 

La garde à vue du manifestant a été levée samedi après-midi. Il sera jugé le 25 février prochain pour "outrages, rébellion, violence contre une personne dépositaire de l'autorité publique et introduction en réunion dans un établissement scolaire".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu